19.10.2020 à 20:12

CyclismeJakob Fuglsang flingue de toutes parts

Dans une chronique quotidienne tenue durant le Giro pour un journal danois, le coureur de la formation Astana critique tout et tout le monde. La langue de bois et la modestie ne sont visiblement pas ses trucs.

von
Claude-Alain Zufferey
Jakob Fuglsang profite du Tour d’Italie 2020 et de sa chronique dans un journal danois pour régler ses comptes. Pas certain qu’il se fasse de nouveaux amis.

Jakob Fuglsang profite du Tour d’Italie 2020 et de sa chronique dans un journal danois pour régler ses comptes. Pas certain qu’il se fasse de nouveaux amis.

KEYSTONE

Actuel dixième du Tour d’Italie, Jakob Fuglsang écrit quotidiennement une chronique pour le tabloïd danois B.T. Le coureur de l’équipe Astana y tient un journal de bord dans lequel il se lâche. Au fur et à mesure des étapes, il a égratigné ses adversaires, mais également ses coéquipiers et son staff. Morceaux choisis sélectionnés par le site DH.

Première victime du vainqueur du Tour de Lombardie, à la veille du départ, son coéquipier Rodrigo Contreras: «Vadim Pronskiy n’est pas présent sur le Giro car le coronavirus a touché léquipe nationale kazakhe durant les Mondiaux dImola. Cest Contreras qui a remplacé Pronskiy et, si cela navait tenu quà moi, jaurais conservé Pronskiy, mais cest comme ça…» Le Colombien a dû apprécier.

Son staff fustigé à cause du vent

Au soir de la première étape, Fuglsang s’en est pris à son staff pour une histoire de météo: «Je me suis élancé parmi les derniers, car nous pensions que le vent tournerait en fin daprès-midi. Résultat: jai eu le vent en pleine face la majeure partie du temps. Quand jai passé la ligne, je me suis un peu énervé sur notre staff. Pourquoi personne ne ma parlé du vent de face? Cest frustrant de voir Ineos faire à nouveau le bon choix en lançant ses coureurs plus tôt. Je ne sais pas sils sont plus intelligents ou sils ont de meilleures informations.»

«Les Italiens du Nord disent parfois qu’au Sud de Florence, c’est l’Afrique. Je comprends ce qu’ils veulent dire, désormais»

Jakob Fuglsang à propos de la Sicile

Le Danois a également lâché quelques propos peu flatteurs sur la région qui l’accueillait: «J'ai souvent entendu dire que la Sicile était belle. Mais autour de Palerme, il y a des déchets et de la saleté partout. Pendant le chrono, jai dû éviter des sacs plastiques. Les Italiens du Nord disent parfois quau Sud de Florence, cest lAfrique. Je comprends ce quils veulent dire, désormais.»

Le 6 octobre il en a remis une couche: «Mais pourquoi ny a-t-il pas de pont entre la Sicile et lItalie? Cela ne fait que 3 ou 4 kilomètres Apparemment, cest un projet qui est à labandon. Peut-être quune mafia avait intérêt à ce que cela naboutisse jamais. Le ferry est très cher, certains ont sans doute des intérêts financiers.»

Des amabilités aussi sur ses adversaires

Sur l’abandon de Geraint Thomas: «Je suis désolé pour lui. Mais cela améliore évidemment mes chances, surtout quil disait être plus fort que lors de son Tour de France victorieux. Mais bon, cest facile à dire sans avoir pu se mesurer aux autres.»

«Je pense qu’il a du mal à avaler que je ne sois plus son équipier de luxe, mais bien un concurrent plus fort que lui»

Jakob Fuglsang sur son rival Vincenzo Nibali

Et il ne partira pas non plus en vacances avec Vincenzo Nibali: «Il ne me lâche pas dun mètre en course, mais il faudrait quon sassure que cela ne se terminera pas comme en 2019, lorsque Carapaz avait profité du marquage entre Roglic et lui. Nibali et moi avons été équipiers pendant quatre ans, mais il ne madresse plus la parole. Je ne sais pas si cest de la jalousie ou de lambition Je pense quil a du mal à avaler que je ne sois plus son équipier de luxe, mais bien un concurrent plus fort que lui. Au Tour d’Émilie, notamment, il avait contré toutes mes attaques. Javais fini par lui dire en fin de course que Vlasov était notre leader du jour, mais il sest concentré sur moi. Et Vlasov a gagné

Une réconciliation avec Nibali

En fin de semaine dernière, Jakob Fuglsang s’est tout de même rabiboché avec son rival italien. «Nibali ma envoyé un message hier soir. Il parlait des médias qui voulaient nous monter lun contre lautre. Les journaux italiens ont traduit ma chronique dhier, notamment. Nous nous sommes expliqués et Nibali comme moi avons reconnu nos torts. On sest salués ce matin au départ et on veut maintenant vivre un bon Giro, sans se tirer dans les pattes.»

«Arrête-toi immédiatement pour m’aider»

Jakob Fuglsang à son coéquipier Manuele Boaro
Manuele Boaro n’est visiblement pas trop rancunier.

Manuele Boaro n’est visiblement pas trop rancunier.

Du coup, il s’en est repris à un de ses coéquipiers. En cause: les bordures. «Jétais seul sans équipier dans mon groupe, mais Manuele Boaro était dans le premier peloton. Il a mis du temps à se relever pour mattendre. Jai dû hurler dans la radio: «Tu dois toujours avoir un œil sur ma position. Arrête-toi immédiatement pour maider Heureusement, le peloton sest reformé et jétais mieux entouré ensuite. Mais une fois de plus, nous navions pas été bien informés par notre équipe, ce qui explique mon mauvais positionnement quand cela a cassé.»

Vivement le prochain épisode!

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
22 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

jcbds

20.10.2020 à 12:39

Il n'y a rien a rajouté de ce qui a été dit, il a raison en bien des points !

Motus

20.10.2020 à 11:12

Jakob vieillit mal sa fin de carrière

Mémoire courte

20.10.2020 à 09:22

Quand on pédale chez Astana et Vinokourov, on est bien placé pour distribuer les bons et mauvais points ;)