Italie: Jaloux, il avait brûlé vive sa compagne enceinte
Publié

ItalieJaloux, il avait brûlé vive sa compagne enceinte

Un Italien de 40 ans a écopé mercredi d'une peine de 18 ans de prison pour avoir tenté, en février dernier, de tuer sa copine qui était alors en fin de grossesse.

par
joc
Carla était enceinte de 34 semaines quand son compagnon de l'époque l'a sauvagement agressée.

Carla était enceinte de 34 semaines quand son compagnon de l'époque l'a sauvagement agressée.

Facebook

Un Italien de 40 ans a été condamné mercredi à 18 ans de prison pour avoir tenté de tuer sa compagne d'une manière particulièrement sordide. Le 1er février dernier à Pouzzoles (sud-ouest), Paolo Pietropaolo avait mis le feu à Carla Ilenia Caiazzo, 38 ans, alors en fin de grossesse. En plus de sa peine de prison, le quadragénaire devra payer 325'000 euros d'indemnités à son ex-compagne et 50'000 euros à la petite fille née prématurément juste après l'agression.

L'association «La Forza delle donne» (la force des femmes), qui s'était constituée partie civile, recevra pour sa part 25'000 euros, rapporte TGCOM 24. Pietropaolo a bien entendu été privé de ses droits parentaux sur le bébé. «Une fois les projecteurs éteints, nous souhaitons seulement à Mme Caiazzo et à sa fille aient une vie plus sereine», a réagi le procureur Raffaello Falcone. La victime, elle, s'est dite satisfaite du verdict: «Qu'il paie ce que moi-même j'ai payé», a-t-elle réagi. Carla Caiazzo veut désormais se servir de ce drame pour mener «une bataille pour toutes les femmes qui vivent cette tragédie et qui n'ont ni la force ni l'énergie de s'en sortir», a-t-elle expliqué avant de conclure: «Je suis là et je ris encore».

Rappel des faits

Fou de jalousie parce qu'il se pensait trompé, Pietropaolo s'en était sauvagement pris à sa compagne, le 1er février près de Naples. Il l'avait tabassée avant de l'asperger avec un mélange d'alcool et d'essence, puis de lui mettre le feu. Pendant l'agression, la trentenaire, qui était en fin de grossesse, avait protégé son ventre avec son bras droit plutôt que d'essayer de ménager son visage. De cette manière, et grâce à l'intervention rapide des secours, elle a probablement sauvé la vie de sa fille à naître.

Après 20 jours de coma, Carla s'était réveillée avec un bébé à ses côtés. C'est la petite Giulia qui lui a donné la force de se battre et de continuer à vivre. L'histoire de Carla avait bouleversé l'opinion publique, qui s'était mobilisée pour aider la jeune maman à payer son lourd traitement médical. L'Italienne a subi plus de dix opérations chirurgicales pour reconstruire son corps. Elle restera cependant défigurée à vie. «J'ai voulu laisser tomber, m'abandonner à ces douleurs. Pour moi, cela a été un enfer», avait confié la victime en juin dernier.

Ton opinion