«Pourquoi j'ai pas mangé mon père»: Jamel s'est fait plaisir en passant derrière la caméra
Actualisé

«Pourquoi j'ai pas mangé mon père»Jamel s'est fait plaisir en passant derrière la caméra

Pour son premier film en tant que réalisateur, Jamel Debbouze n'a pas choisi la facilité.

par
Catherine Magnin

Avorton chassé de l'arbre où ses congénères vivent perchés, Ed le Simien ne se laisse pas démonter. Il s'en va expérimenter avant tout le monde le feu, la station debout, la chasse, la musique...

Pour son premier film comme réalisateur, Jamel Debbouze adapte librement, en animation 3D, un livre de Roy Lewis. Il lui ajoute un peu de «Roi Lion» et beaucoup de sa propre expérience. D'ailleurs c'est lui qui, en performance capture, incarne le héros de «Pourquoi j'ai pas mangé mon père». Bonne idée. Mauvais résultat. Malgré sa bonne volonté et son énergie, Jamel accouche d'un film lourd et barbant.

Ton opinion