Actualisé

République tchèqueJan Fischer sera nommé jeudi Premier ministre

Le président tchèque Vaclav Klaus va nommer jeudi un technocrate de 58 ans, Jan Fischer, au poste de premier ministre de transition en remplacement du libéral Mirek Topolanek.

Celui-ci avait été forcé à la démission par le parlement, en pleine présidence semestrielle de l'UE.

«Le président a décidé de nommer Jan Fischer au poste de premier ministre, jeudi à 14 heures», selon un communiqué de la présidence tchèque. M. Fischer a fait savoir mercredi après-midi qu'il était prêt à accepter ses nouvelles fonctions, qu'il devrait prendre le 9 mai.

«Je commencerai les négociations sur la composition du gouvernement immédiatement après Pâques», après le long week-end férié traditionnel en République tchèque, a-t-il dit, cité par l'agence tchèque CTK.

Jan Fischer, actuellement président du Bureau national des Statistiques, aura pour mission de former dans les meilleurs délais un gouvernement d'experts. Celui-ci gèrera le pays jusqu'aux élections anticipées prévues à la mi-octobre et assumera la présidence semestrielle de l'UE jusqu'au 30 juin.

Epineuses négociations

Le gouvernement de coalition de centre-droit formé par M. Topolanek après les législatives de 2006 a été obligé de démissionner fin mars après un vote de défiance des députés tchèques, en pleine présidence tournante de l'UE. Après d'épineuses négociations, les principaux partis politiques sont tombés d'accord dimanche soir sur le nom de M. Fischer.

Aucun des ministres actuels ne sera reconduits. Huit noms seront proposés par le parti démocratique civique (ODS) de M. Topolanek et sept par l'opposition social démocrate (CSSD).

Jan Fischer, un expert économique au parcours sans éclat, avait été nommé à la tête de l'Office national des Statistiques en 2003. Il avait été membre du parti communiste entre 1980 et 1989, sans cependant avoir pris de position marquante pendant la révolution de velours qui a conduit à la chute du communisme en 1989.

Une fois formé, le gouvernement devra obtenir le vote de confiance des députés, ce qui ne devrait pas poser de problème, l'accord politique unissant les principaux partis politiques. Son entrée en fonction interviendra après le sommet européen pour le lancement du partenariat avec l'Est, le 7 mai à Prague, mais avant les sommets UE-Chine prévu le 20 mai à Prague et UE-Russie des 21 et 22 mai en Sibérie.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!