Ski alpin - Coupe du monde: Janka craque et Berthod surprend
Actualisé

Ski alpin - Coupe du mondeJanka craque et Berthod surprend

Deuxième de la première manche du géant d'Adelboden, Carlo Janka a craqué sur la fin (13e) tandis que son compère Grison Marc Berthod a obtenu son ticket pour les Mondiaux en terminant 7e

par
Jean-Philippe Pressl-Wenger
Le Grison, après une superbe performance en première manche, a perdu pied dans la seconde.

Le Grison, après une superbe performance en première manche, a perdu pied dans la seconde.

Le champion olympique était attendu à Adelboden, sur une piste qui ne lui a pas souvent réussi. Carlo Janka, remis de son mystérieux virus, a signé le deuxième temps de la manche du matin avant de craquer sur la fin dans l'après-midi.

«C'est dommage de perdre tout ce temps dans la dernière partie, a relevé Jänks, finalement 13e. Je n'ai pas su assez balancer dans les virages et je n'ai pas pu prendre assez de vitesse sur le bas.»

Retard accumulé en préparation

Si la saison dernière, le prodige d'Obersaxen a tout balayé sur son passage, il n'en va pas de même cette année.

«La saison passée, tout a roulé parfaitement, a rappelé Martin Rufener, l'entraîneur en chef des Suisses. Cette fois, les petits retards pris lors de la préparation et avec le matériel se sont accumulés et ont empêché Carlo d'être autant dominateur que par le passé.»

Berthod, la bonne surprise

Le Grison Marc Berthod a pour sa part pris une septième place encourageante et qualificative pour les Mondiaux. «J'ai toujours eu derrière la tête l'idée de me qualifier pour les Championnats du monde, a souri "Bört", maintenant c'est fait! Peut-être que cela va m'aider à skier plus libéré et peut-être aussi plus vite.»

Autre cador attendu, Didier Cuche n'est pas passé loin du podium non plus malgré sa 11e place (à 0"26 du 3e, le Français Thomas Fanara). «J'ai sûrement perdu des centièmes en 1ère manche car j'en avais encore sous le pied, a regretté le Neuchâtelois. Il me manque un peu de confiance, mais j'ai un bon feeling.»

Ce n'est plus un come-back, c'est une résurrection. Daniel Albrecht (29e) n'en finit plus de surprendre les suiveurs du Cirque blanc. Depuis son retour à la compétition en décembre à Beaver Creek, le Haut-Valaisan, gravement blessé à Kitzbühel en janvier 2009, fait des progrès fulgurants. "Au départ ce matin, j'ai eu de la peine à gérer mes émotions, a admis Albrecht. Je savais que le nombreux public allait m'attendre et ça m'a rendu nerveux. Je m'en voulais après le premier tracé car j'avais freiné. En deuxième manche j'ai attaqué jusqu'à ma grosse faute dans le dernier mur." Si les résultats ne s'améliorent que doucement, le plaisir manifeste qu'a pris le skieur de Fiesch tant sur ses lattes que dans l'aire d'arrivée a ajouté une dimension émotionnelle supplémentaire à l'épreuve oberlandaise.

Ton opinion