Ski alpin: Janka revient gentiment, Murisier encore stoppé
Actualisé

Ski alpinJanka revient gentiment, Murisier encore stoppé

Adelboden accueille samedi le géant le plus prestigieux de la saison. Un rendez-vous qui ne réussit plus depuis longtemps aux Suisses, sevrés de podium sur leur piste depuis 2008 et le doublé réussi par Marc Berthod et Daniel Albrecht.

Justin Murisier évoque sa blessure.

Cette année encore, l'équipe helvétique ne devrait pas jouer les premiers rôles. Son leader Carlo Janka affiche certes des progrès depuis le début de la saison, mais il se trouve encore loin de son meilleur niveau. «Je ne skie plus comme au bon vieux temps. Mais je suis dans la bonne direction et j'ai bon espoir de retrouver un jour les avant-postes», relève celui qui fut champion du monde (2009) et olympique (2010) du géant.

Complètement dépassé l'hiver dernier, le Grison a retrouvé des couleurs en ce début de saison. Cela avait notamment été le cas à Beaver Creek où, condamné à s'élancer en antépénultième position (dossard 68), il avait décroché un inattendu 6e rang. «Avec dans la foulée une 12e place à Val d'Isère, j'ai pu réintégrer le top 30 dans la liste de départ plus rapidement que prévu. A moi de franchir de nouveaux paliers, afin de bénéficier de meilleurs numéros de dossard», note-t-il.

Nouveau couac pour Murisier

Justin Murisier part, lui, encore plus loin que Janka. Blessé ces deux dernières saisons (genou), le Valaisan a besoin de temps avant de retrouver son meilleur niveau. «Comme j'avais réussi de bons entraînements cet été, je pensais que mon retour serait plus facile. Mais j'ai dû me rendre à l'évidence: le rythme de la compétition ne se récupère pas du jour au lendemain», remarque celui qui n'a pas encore marqué le moindre point cet hiver.

Pour ne rien arranger, l'espoir du Val de Bagnes connaît actuellement de nouveaux ennuis physiques. «Je me suis bloqué le dos au début du mois de janvier et, en passant un scanner, le médecin a remarqué que j'avais un problème de naissance à la quatrième lombaire. Ce n'est rien de grave et il faudra que je fasse du renforcement musculaire cet été. En attendant, je dois m'en remettre au stretching et, si c'est vraiment trop douloureux, à des injections de cortisone», explique-t-il. «C'est dur à encaisser», dit-il, reconnaissant toutefois qu'à 22 ans il avait encore du temps devant lui.

Marc Berthod ne peut pas en dire autant. A 30 ans et après plusieurs saisons catastrophiques, le Grison est proche de la retraite. «J'avais même failli tout arrêter le printemps dernier», rappelle le skieur de St-Moritz, qui a finalement décidé de tenter un ultime coup de poker en se concentrant dorénavant sur la descente. Berthod ne pouvait néanmoins pas manquer l'étape d'Adelboden, où il est le dernier Suisse à avoir gagné (slalom en 2007, géant en 2008). «C'est ici que j'ai vécu les meilleurs moments de ma carrière», relève-t-il.

L'équipe de Suisse alignera également samedi plusieurs représentants de sa nouvelle garde, comme Gino Caviezel, Thomas Tumler, Elia Zurbriggen, Sandro Jenal et le néophyte Daniele Sette. Autant de skieurs qui n'auront strictement rien à perdre. Ils pourraient même profiter d'une course qui s'annonce propice aux surprises. En raison des températures élevées, la piste pourrait ainsi «casser» rapidement et donner lieu à de belles remontées en seconde manche. (ats)

Ton opinion