Japon: le taux zéro
Actualisé

Japon: le taux zéro

La Banque du Japon a mis fin à sa politique de taux d'intérêt zéro en vigueur depuis plus de cinq ans. Elle a relevé à 0,25 % son principal taux directeur, consacrant la victoire de la deuxième économie mondiale sur la déflation et le marasme.

Le Japon rejoint ainsi les Etats-Unis et la zone euro dans le mouvement général de resserrement des politiques monétaires actuellement observé. Le loyer de l'argent dans l'archipel était gratuit depuis mars 2001 afin de lutter contre la baisse continuelle des prix à la consommation.

Le phénomène s'était installé pendant l'été 1998 et n'avait fini par s'estomper qu'à la fin de l'année dernière. «La Banque du Japon fera en sorte que le taux au jour le jour reste aux alentours de 0,25 %», selon un communiqué publié vendredi. Cette première hausse des taux depuis six ans, décidée à l'unanimité des neuf membres du comité de politique monétaire, était largement attendue.

Décision largement anticipée

«Il n'y a aucune surprise dans la décision de la Banque du Japon. Les investisseurs ont pris en compte une hausse de 0,25 point depuis déjà plusieurs semaines», a commenté Seiichi Suzuki, analyste chez Tokai Tokyo Securities.

A la Bourse de Tokyo, l'indice Nikkei a terminé vendredi sur un recul de 1,67 %. Mais cette baisse s'explique plus en raison par l'instabilité au Moyen-Orient que par le resserrement monétaire nippon, totalement anticipé.

Le gouvernement, qui avait initialement plaidé pour un maintien des taux à zéro, s'est finalement rallié à la décision de la banque centrale. «La politique de taux d'intérêt zéro est une politique exceptionnelle. Y mettre fin est, à mon avis, une bonne chose», a déclaré le secrétaire d'Etat à la politique économique et budgétaire, Kaoru Yosano.

Parallèlement, l'institut d'émission a relevé de 0,3 point, à 0,4 %, son taux officiel d'escompte. Il constitue dans les faits le taux d'intérêt maximum.

Prévenir l'inflation

Le relèvement du loyer de l'argent «contribuera à assurer la stabilité des prix et permettra une croissance soutenue sur le moyen et le long termes», a expliqué la banque centrale. «L'économie japonaise a traversé une période difficile pendant plus de dix ans. Mais grâce aux efforts des secteurs privé et public, elle commence à revenir à la normale», s'est félicité son gouverneur, Toshihiko Fukui, lors d'une conférence de presse.

Dans ce contexte, «si nous maintenons les taux d'intérêt à zéro, cela pourrait finalement provoquer d'énormes fluctuations de l'activité économique et des prix», a-t-il poursuivi. La Banque du Japon a indiqué qu'à l'avenir, elle ajusterait «graduellement» les taux d'intérêt en fonction de l'évolution de l'économie japonaise.

«Un environnement monétaire accommodant résultant de taux d'intérêt très bas sera probablement maintenu pendant un certain temps», a-t-elle précisé. M. Fukui a indiqué que la banque centrale ne relèverait pas forcément ses taux lors de chaque réunion mensuelle. Concernant l'avenir, les économistes sont divisés, certains tablent sur un ou deux resserrements d'ici à la fin de l'année, d'autres sur aucun mouvement avant la mi-2007.

Le marché prévenu en mars

En mars dernier, la banque centrale avait déjà annoncé la fin de sa politique monétaire dite d'assouplissement quantitatif, qu'elle suivait depuis mars 2001 pour combattre la déflation, et qui consistait à inonder les banques de liquidités gratuites. Elle s'était cependant engagée à maintenir les taux à zéro pendant une période de transition de quelques mois. (ats)

Ton opinion