K.J. Apa: «J’apprends un peu le français»
Publié

K.J. Apa«J’apprends un peu le français»

En couple avec un mannequin français, l’acteur néo-zélandais K.J. Apa fait des efforts pour lui parler dans sa langue.

par
Henry Arnaud, Los Angeles
Le comédien K.J. Apa, 23 ans, a été révélé au grand public dans la série américaine «Riverdale», sur Netflix.

Le comédien K.J. Apa, 23 ans, a été révélé au grand public dans la série américaine «Riverdale», sur Netflix.

AFP

Célèbre pour son rôle d’Archie dans la série «Riverdale», K.J. Apa est amoureux du top model français Clara Berry. L’acteur néo-zélandais de 23 ans est aussi le héros du film «Songbird», disponible sur Amazon Prime Vidéo. L’occasion d’essayer de le faire parler de sa compagne.
Vous êtes très discret sur votre relation amoureuse avec le mannequin français Clara Berry. Pourquoi?

Mon principe est simple: vivre heureux sans me cacher mais aussi sans étaler mon intimité. Je ne suis pas très actif sur les réseaux sociaux pour cette raison.

Vous lui avez tout de même souhaité bon anniversaire sur Insta en écrivant en français «coup de foudre»…

Oui, mais je vois Instagram comme un bon moyen de garder le lien avec mes fans. M’amuser, rigoler avec mes potes… mais cela ne doit pas devenir une tribune ouverte sur tout. Cela dit, c’est vrai que, en ce moment, j’apprends un peu le français (rire).
Est-ce que Clara vous apprend le français pour vous permettre de vous débrouiller dans notre langue?

Elle m’a appris quelques phrases, mais mon français reste très limité. Ce n’est pas faute d’essayer. Je crois qu’il me faudrait plusieurs mois à Genève par exemple pour arriver à me débrouiller (ndlr: K.J. fait un clin d’œil).

Avez-vous des projets dans ce sens?

Avec le virus qui paralyse la quasi-totalité des déplacements, je ne fais aucun projet à long terme. En général je passe toujours les fêtes de fin d’année dans ma famille en Nouvelle-Zélande, mais pas cette année. J’ai commencé 2021 en Amérique du Nord car cela aurait été trop compliqué de faire une quatorzaine dans mon pays pour voir les miens puis de nouveau au Canada avant de reprendre le tournage de «Riverdale».

N’est-ce pas difficile pour vous d’être bloqué par votre contrat pour la série alors que vous recevez de plus en plus de propositions de films?

C’est le jeu. Je suis bien trop reconnaissant à «Riverdale» pour vouloir quitter l’équipe avant la fin de mon engagement. Je tourne des films comme «Songbird» durant les quelques mois d’arrêt de la série, c’est déjà ça!

Qu’est-ce qui vous a plu dans ce grand film d’action en pleine épidémie de Covid, à Los Angeles?

J’étais au Nouveau-Mexique en vacances forcées puisque le tournage s’était stoppé soudainement à cause du virus en mars. On m’a proposé ce thriller qui imagine une nouvelle forme de virus dans quelques années, encore plus mortel que ce que l’on connaît dans une société où seuls les jeunes immunisés peuvent travailler dans une ville de Los Angeles en plein chaos. J’ai accepté sur le coup d’autant plus que le grand Michael Bay («Transformers») en est le producteur.

Ton opinion

17 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Minimaliste

19.01.2021, 16:58

Pourquoi un peu seulement ?

Chinetoque

19.01.2021, 13:40

Et moi un peu le mandarin... J'ai droit à un article?

Stop a la drogue sur Vevey

18.01.2021, 09:10

STOP le deal sur Vevey! Insoutenable!