France: «Je jure que je ne l'ai pas violée. Elle voulait ça»
Actualisé

France«Je jure que je ne l'ai pas violée. Elle voulait ça»

Dieter Krombach, jugé pour le viol et le meurtre de sa belle-fille, a accusé le père de celle-ci d'avoir payé une autre jeune fille pour l'accuser de viol.

Dieter Krombach, condamné en 1997 par la justice allemande pour abus sexuel sur une jeune fille de 16 ans, a estimé que la victime avait été achetée par André Bamberski qui l'accuse depuis 30 ans d'avoir tué sa fille Kalinka, jeudi devant la cour d'assises françaises qui le juge.

«Je crois qu'elle a été payée par mon adversaire», a déclaré le docteur allemand qui comparaît en appel depuis le 27 novembre devant les assises de Créteil (sud-est de Paris) pour le meurtre de sa belle-fille, Kalinka, retrouvé morte dans la maison familiale de Lindau (Bavière), le 9 juillet 1982.

Jeune fille consentante

Dieter Krombach avait été condamné à deux ans de prison avec sursis, le 9 octobre 1997, par le tribunal de Kempten (Allemagne), «pour abus sexuel sur personne vulnérable».

M. Krombach qui a reconnu les faits, mais continue de nier le viol, a laissé entendre que la jeune fille était consentante lors de l'acte sexuel commis dans son cabinet médical, après qu'il lui eut administré plusieurs piqûres pour l'anesthésier. «Je jure que je ne l'ai pas violée. Elle voulait ça», a dit le médecin d'une voix caverneuse et quasi-inaudible.

«Oui j'ai commis une faute, je regrette», a-t-il cependant nuancé. Cette condamnation est, à ce jour, la seule inscrite sur le casier judiciaire du Dr. Krombach pour des faits à caractère sexuel en dépit d'autres accusations dont aucune n'a débouché sur des poursuites judiciaires.

15 ans de prison en 2011

Dans le dossier Kalinka, la cour d'assises de Paris avait condamné Krombach, en octobre 2011, à 15 ans de réclusion criminelle. Les jurés avaient retenu le scénario de violences physiques, motivées par l'attirance sexuelle de Krombach pour sa belle-fille, et ayant entraîné la mort, non intentionnelle, de l'adolescente.

André Bamberski est persuadé que l'accusé a violé sa fille Kalinka avant de la tuer. En appel, le verdict, initialement attendu le 14 décembre, devrait être rendu avec plusieurs jours de retard. (afp)

Ton opinion