US Open: «Je m'attends à une rencontre difficile»

Actualisé

US Open«Je m'attends à une rencontre difficile»

Après avoir été peut-être inspiré par la présence dans la tribune d'honneur de la sublime Nicole Kidman, Roger Federer a lancé un signal clair à l'opposition lors de son huitième de finale de l'US Open contre Tommy Robredo (no 14): il joue de mieux en mieux.

Le quintuple tenant du titre s'est imposé 7-5 6-2 6-2 pour battre une neuvième fois en neuf rencontres le Catalan. «Il était capital de réussir le premier break. Robredo était très solide au début, lâche Roger Federer. A 5-5, il s'agit de faire le bon choix au bon moment. C'est le moment-clé du set. Je crois que je m'en sors souvent à mon avantage».

Streit subjugué

Venu en voisin avant d'entamer samedi au Canada le camp d'entraînement des New York Islanders, Mark Streit fut lui aussi subjugué par la maîtrise de Roger Federer. «Il est incroyable. Ce match m'a fait comprendre pourquoi il est si fort», lançait le Bernois.

Les deux hommes, qui ne s'étaient jamais rencontrés, ont fait connaissance après le match dans les couloirs du Billie Jean King National Tennis Center. Roger Federer n'ignore rien de la carrière de Streit. «Je la suis à distance sur internet, lâche-t-il. Elle est vraiment exemplaire. Le hockey est un sport que j'adore. Malheureusement, je ne patine pas assez bien pour le pratiquer vraiment. Je ne sais pas freiner...»

Soderling acte III

Ce n'est donc heureusement pas sur une patinoire que Robin Soderling (no 12) le défiera mercredi mais sur le Arthur Ashe Stadium où il n'a plus connu la défaite depuis un huitième de finale en 2003 contre David Nalbandian. Roger Federer retrouvera pour la troisième fois cette année le Suédois dans un tournoi du Grand Chelem après la finale de Paris et le huitième de Londres.

«Soderling démontre que son parcours à Roland-Garros n'était pas le fruit du hasard, relève Roger Federer. Même si je l'ai battu onze fois en onze matches, je m'attends à une rencontre difficile. Il est un joueur très dangereux d'autant plus qu'il connaît la période la plus faste de sa carrière».

Malgré la prudence - légitime - qu'il témoigne avant ce quart de finale, tous les feux sont au vert pour l'homme aux quinze titres du Grand Chelem. Son tennis est en place et il est dans une forme physique éblouissante dans ce dernier tiers de la saison où bien d'autres tirent la langue.

Plus agressif encore

La fluidité de son jeu et un calendrier adapté expliquent en partie pourquoi Roger Federer possède toujours une telle fraîcheur. «Mais il y aussi tout le travail en amont, glisse-t-il. Stretching et massage figurent tous les jours à mon programme». Les douleurs dorsales qui l'avaient handicapé en début d'année et qui ne lui permettaient pas de donner sa pleine mesure au service ne sont plus un souci.

En retrouvant l'intégralité de ses moyens, Roger Federer a ajusté quelque peu son jeu. Son but est de le rendre plus agressif encore quand il affronte les tous meilleurs. «Face à eux, il convient de ne pas leur laisser le temps de s'organiser, lance-t- il. C'est pourquoi je dois jouer de manière très offensive». Même si Robredo n'est pas de la trempe d'un Murray ou d'un Nadal, la démonstration apportée lors de ce huitième de finale fut éclatante. (ats)

Ton opinion