Libération du Suisse Andreas Notter: «Je m'en suis sorti et je suis heureux d'être en vie»
Actualisé

Libération du Suisse Andreas Notter«Je m'en suis sorti et je suis heureux d'être en vie»

Le délégué suisse du CICR enlevé il y a trois mois aux Philippines est libre. Andreas Notter, qui était détenu par le groupe rebelle d'Abou Sayyaf, est en bonne santé.

L'organisation est soulagée, mais s'inquiète pour l'otage italien blessé et encore aux mains des ravisseurs.

Les autorités philippines ont informé samedi matin le Comité international de la Croix Rouge (CICR) de la libération d'un de ses trois collaborateurs enlevé le 15 janvier sur l'île de Jolo, dans le sud des Philippines, a indiqué l'organisation dans un communiqué.

L'état de santé d'Andreas Notter est satisfaisant compte tenu des circonstances, a dit à l'ATS Florian Westphal, porte-parole du CICR à Genève. L'ancien otage, un Argovien de 38 ans, est entouré par ses collègues, dont certains sont spécialisés dans les debriefings après des enlèvements.

Heureux

«Je m'en suis sorti et je suis heureux d'être en vie, sain et sauf», a déclaré samedi le Suisse peu après sa libération, cité par l'agence Reuters. Le collaborateur du CICR s'exprimait lors d'une conférence de presse dans la résidence du gouverneur de la province de Jolo, Abdusakur Tan, où il a été transféré pour y recevoir des soins.

«Je suis très content d'être parmi vous, tout s'est passé très rapidement. Je suis encore un peu désorienté quant à la manière dont tout cela est arrivé. Ma préoccupation va désormais vers mon collègue Eugenio Vagni, comme vous le savez tous, il est blessé», a ajouté l'ex-otage en référence à son collègue italien, un ingénieur de 62 ans atteint d'une hernie.

Andreas Notter est apparu devant les journalistes souriant, avec les cheveux longs et une barbe. Il semble avoir perdu du poids durant ses trois mois de captivité.

Les médecins n'ont décelé aucun grave problème de santé, a indiqué le ministre philippin de l'intérieur Ronaldo Puno. L'ex- otage a aussi pu contacter sa famille, ses amis et le CICR, a-t-il ajouté.

Circonstances floues

Les circonstances de la libération du délégué sont floues. Selon Ronaldo Puno, un groupe d'hommes qui le détenait a tenté de passer le cordon de sécurité disposé autour du camp de la guérilla, dans le centre de l'île. Ils ont alors été repérés par les forces de sécurité qui les ont poursuivis.

Les kidnappeurs ont laissé l'otage derrière eux car ils n'étaient plus en mesure de l'emmener. La pression militaire a forcé les rebelles islamistes à cette libération, a estimé le ministre. «Nous avons de la chance que M. Notter soit sorti indemne de cet incident», a-t-il dit.

Plus tôt, un porte-parole de l'armée avait annoncé que l'Argovien avait été trouvé par les troupes philippines à l'intérieur de l'île.

Les rebelles avaient demandé au gouvernement de desserrer leur dispositif militaire et de retirer les troupes de trois villes de Jolo pour ouvrir des négociations sur le sort des otages du CICR. Le gouvernement philippin s'y était toujours refusé.

Pas de rançon

Interrogé par l'ATS, le CICR a assuré n'avoir versé aucune rançon et n'avoir jamais reçu de demande en ce sens.

Si l'organisation est très soulagée par ce dénouement, elle reste préoccupée par la sécurité de son collaborateur italien. Elle réitère son appel aux ravisseurs «pour qu'ils le libèrent sain et sauf, immédiatement et sans conditions».

Le CICR a aussi exprimé sa reconnaissance face aux «efforts réels qui ont été déployés par les autorités nationales et locales».

Andreas Notter travaillait depuis 2005 au CICR et se trouvait aux Philippines depuis 2007. Son retour en Suisse dépend de ce souhaite l'Argovien et sa famille. «Il n'est en tout cas pas prévu dans les heures qui viennent», a indiqué le porte-parole de l'organisation.

Le 2 avril, les islamistes avaient déjà libéré une employée philippine de l'organisation. Les trois collaborateurs avaient été enlevés alors qu'ils réalisaient un projet d'assainissement dans une prison. Durant leur captivité, le CICR a pu garder le contact téléphonique avec eux. (ats)

Ton opinion