Quadruple meurtre de Rupperswil (AG): «Je me sens vide. C'est insupportable»
Actualisé

Quadruple meurtre de Rupperswil (AG)«Je me sens vide. C'est insupportable»

Trois semaines après le drame de Rupperswil (AG), le petit ami de la victime de 48 ans s'est confié à «Blick». «Inconsolable», il assure que leur couple allait bien.

par
ofu
1 / 23
Selon un expert, l'auteur du quadruple meurtre de Rupperswil (photo) avait tout planifié dans les moindres détails. Il était donc très difficile pour ses proches de sapercevoir que quelque chose n'allait pas.

Selon un expert, l'auteur du quadruple meurtre de Rupperswil (photo) avait tout planifié dans les moindres détails. Il était donc très difficile pour ses proches de sapercevoir que quelque chose n'allait pas.

DR
13.05.2016 La police et le Ministère public ont annoncé avoir arrêté l'auteur du quadruple meurtre. Il s'agit d'un Suisse de 33 ans, habitant le village.

13.05.2016 La police et le Ministère public ont annoncé avoir arrêté l'auteur du quadruple meurtre. Il s'agit d'un Suisse de 33 ans, habitant le village.

Dans un sac à dos appartenant au meurtrier présumé, de la corde, des liens, du ruban adhésif et un pistolet ont été retrouvés.

Dans un sac à dos appartenant au meurtrier présumé, de la corde, des liens, du ruban adhésif et un pistolet ont été retrouvés.

L'enquête sur le quadruple meurtre de Rupperswil (AG) avance à petits pas. Mais le ministère public ne communique que très peu d'informations, laissant la place à de nombreuses interrogations et spéculations au sein de la population. Un voisin de la famille assassinée a ainsi raconté à «Blick»: «J'ai entendu dire que ma voisine et son petit ami se sont séparés une semaine avant le drame. Ils se seraient disputés.»

Contacté mercredi par le quotidien alémanique, Georg*, le petit ami en question, dément vivement ces rumeurs. C'est la première fois qu'il s'exprime publiquement après le quadruple meurtre. «On était loin d'une rupture. Notre relation était harmonieuse... jusqu'à la fin.» Georg explique qu'il est allé manger au restaurant avec elle deux jours avant les faits. «C'était un dîner aux chandelles. On est resté plusieurs heures.» Le patron de l'établissement, qui souhaite rester anonyme, confirme: «L'ambiance était détendue. Ils ne se sont pas disputés. Ils avaient l'air amoureux.»

Interrogé par «Blick» sur l'avancement de l'enquête, Georg précise qu'il n'a rien le droit dire. Le Ministère public argovien est en effet le seul à pouvoir communiquer dans cette affaire.

En attendant, Georg essaie tant bien que mal d'aller de l'avant. «Je ne sais même pas comment je me sens. Je me sens vide. C'est insupportable. J'essaie de me distraire avec mon travail. Ça marche parfois.»

Ton opinion