Actualisé 01.06.2018 à 13:25

Sim's

«Je me suis autorisé bien plus de choses»

Sim's présentera le 1er juin 2018 à la Case à Chocs à Neuchâtel «Même pas peur», album qui sort le même jour. Le rappeur jurassien évoque sa création.

de
Fabien Eckert

Une histoire d'amitié a été le point de départ de la conception du disque. Celle de Sim's, 37 ans, avec un producteur lausannois réputé: Yvan Peacemaker. De leur collaboration est né un album mélangeant allègrement hip-hop, funk, soul et rock.

Parlez-nous de votre relation avec Yvan Peacemaker...

J'ai appris à rapper sur ses beats. Il y a pile 20 ans, je lui ai envoyé une démo. Il l'a aimée et m'a invité sur scène avec Double Pact (ndlr: groupe alors emmené par Stress) à Porrentruy. J'avais 17 ans et c'était une première pour moi. Vingt ans plus tard, on s'est croisés à une soirée à Lausanne. On s'est rendu compte qu'avec nos carrières et nos statuts de «vieux» rappeurs, ce serait sympa de raconter des choses ensemble.

Comment avez-vous collaboré?

Yvan m'envoyait régulièrement des beats, des samples et plein de petites choses. J'écrivais ensuite par-dessus et on se voyait dans son studio, à Lausanne, pour enregistrer. C'était un processus assez monacal.

On retrouve sur le disque des cuivres, des cordes, du scratch.

Oui, il y a beaucoup de sons. Je me suis autorisé bien plus de choses pour amener de la nouveauté.

Les mélodies sont entraînantes et les textes parfois sombres, comme celui sur les migrants dans «Berin». Pourquoi?

J'avais envie d'aborder ce thème de façon décomplexée, sans être larmoyant ni culpabilisant. Ce n'est pas un acte politique. Je raconte juste l'itinéraire de quelqu'un, Berin, que j'ai rencontré.

Comment allez-vous traduire l'énergie de l'album en live?

Bonne question! C'est évident que je veux être avec mon groupe de cinq musiciens. Après, il y a des éléments qu'on devra balancer avec des ordis. C'est toujours une formation rock, mais avec un apport synthétique plus important qu'auparavant.

Sim's vernissage de «Même pas peur»

Vendredi 1er juin 2018, 20h, Case à Chocs, Neuchâtel. Infos et billets: www.case-a-chocs.ch

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!