Jean-Claude Junker: «Je n'ai pas de problème d'alcool»

Actualisé

Jean-Claude Junker«Je n'ai pas de problème d'alcool»

Les propos du Néerlandais Jeroen Dijsselbloem, chef de l'Eurogroupe, envers son prédécesseur, n'ont pas laissé de marbre l'ancien Premier ministre luxembourgeois, qui dément.

par
Jmh/20minutes avec lb
Tout en assurant ne pas vouloir commenter les propos de Jeroen Dijsselbloem, Jean-Claude Juncker a tout de même nié, mercredi, «avoir un problème d'alcool». (photo: AFP)

Tout en assurant ne pas vouloir commenter les propos de Jeroen Dijsselbloem, Jean-Claude Juncker a tout de même nié, mercredi, «avoir un problème d'alcool». (photo: AFP)

«Je n'ai pas de problème d'alcool et je ne tiens pas à réagir aux propos de Dijsselbloem». Bien que lapidaire, la réaction de Jean-Claude Juncker, l'actuel chef de fraction CSV ne s'est pas fait attendre. Une réaction mesurée face aux dires du président de l'Eurogroupe, qui a assuré que son prédécesseur «est un fumeur invétéré et un buveur».

Réalisée lors d'une émission à la télévision néerlandaise, cette déclaration suscite une polémique ce mercredi au Luxembourg et au sein des institutions européennes, Jeroen Dijsselbloem laissant sous-entendre que les décisions prises lors des huit années du mandat de Jean-Claude Juncker à la tête de l'organisme en charge de la coordination de la politique économique dans la zone euro pourraient avoir été entachées. Une polémique que le Néerlandais avait tenté d'atténuer au cours de l'émission de télévision, assurant que «Juncker n'a jamais été incapable d'agir».

Pour rappel, cette polémique s'intègre dans le contexte des prochaines élections européennes, prévues en mai prochain. En décembre dernier, l'ancien Premier ministre avait affirmé haut et fort ses ambitions, indiquant être «prêt» à pour la présidence de la Commission européenne. Une déclaration qui prenait à contrepied ses prises de position précédentes dans lesquelles il affirmait vouloir rester au Grand-Duché, même en tant que «simple député».

«Juncker, un fumeur invétéré et un buveur»

C'est avec ces mots que Jeroen Dijsselbloem, actuel président de l'Eurogroupe, a décrit son prédécesseur luxembourgeois lors d'une interview télévisée de l'émission «Knevel & Van den Brink», diffusée lundi soir sur la chaîne DFT tv/De Telegraaf. Une affirmation tonitruante survenue après une question relative à la consommation d'alcool lors des réunions européennes. À en croire Jeroen Dijsselbloem, l'interdiction faite à tous de se priver de tabac et d'alcool lors des discussions parmi les instances dirigeantes de l'Union européenne n'aurait pas été respectée par Jean-Claude Juncker.

Selon les journalistes qui ont mené l'interview, le ministre des Finances néerlandais serait ainsi le premier à dire publiquement ce que tant d'autres ont tu pendant de longues années. Une attaque personnelle qui n'a pas tardé à être perçue comme une tentative de vengeance contre l'ancien chef de gouvernement luxembourgeois qui, pendant huit ans, avait impressionné comme président de l'Eurogroupe, organisme en charge de la coordination de la politique économique des pays de la zone euro.

Ton opinion