Actualisé 09.05.2007 à 12:43

«Je n'ai pas l'intention de m'excuser!!!»

PARIS - C'est ce qu'a affirmé Nicolas Sarkozy à propos de la controverse sur ses vacances en yacht au large de Malte.

«Je vais vous dire une chose: je n'ai pas l'intention de me cacher, je n'ai pas l'intention de mentir, je n'ai pas l'intention de m'excuser», a-t-il affirmé par téléphone à Europe-1 depuis Malte. «J'essaie de me tenir éloigné de toutes ces polémiques. Je ne vois pas où il y a de la polémique, vous m'apprenez les choses», a ajouté Nicolas Sarkozy.

«Je serai président de la République dans huit jours. Il y a donc ces huit jours, où, théoriquement, j'aurais du prendre du repos pour arriver aux responsabilités suprêmes de président de la République le plus apaisé possible», a-t-il expliqué. «Au fond, je ne vais pas prendre huit jours, je vais en prendre deux et demi. Je pense que personne ne peut le contester».

«La Constitution me donne ces quelques jours, j'ai voulu en profiter tranquillement. Et, vous savez, je sais que les Français sont des gens très lucides, qui raisonnent, et qui savent faire la part des choses entre la polémique politique, politicienne, et la réalité des choses», a poursuivi M. Sarkozy. «J'avais besoin de me retrouver avec ma famille, j'avais besoin de prendre du repos. J'aurais pu aller à l'hôtel, mais vous imaginez ce que ça aurait été. Déjà quand je suis sur un bateau, vous avez loué des avions pour me prendre en photo, vous avez loué des hélicoptères pour me prendre en photo, il y a des gens partout. Imaginez ce que cela aurait été».

Concernant ses liens avec l'industriel Vincent Bolloré, qui lui a prêté son jet privé et le yacht «Paloma» sur lequel il séjourne, le président élu a rappelé que les deux hommes se connaissent «depuis vingt ans».

«Ça fait vingt ans qu'il m'invite et vingt ans que je refuse. Vincent Bolloré est un des grands industriels français, il n'a jamais travaillé avec l'Etat, il fait honneur à l'économie française», a-t-il déclaré. «Je souhaite pour l'économie française beaucoup de Vincent Bolloré, c'est-à-dire des hommes qui sont capables d'investir pour créer des emplois. Vous savez, ce n'est pas une honte d'avoir travaillé dur, d'avoir créé un grand groupe, de donner de l'emploi. Il m'a invité sur son bateau, il aurait pu m'inviter dans une maison, je ne vois pas où est la polémique».

Le nouveau chef de l'Etat a également estimé que son séjour pourrait faire «de la publicité à Malte» et qu'il continuait à travailler pendant ses vacances.

«Je me suis entretenu avec le Premier ministre de Malte, avec le président de Malte. Je vais même vous dire une chose, j'ai dû travailler plusieurs heures chaque jour, j'ai eu une vingtaine ou une trentaine de chefs d'Etat et de chefs de gouvernement» au téléphone, a-t-il assuré. «Alors, vous savez, la polémique c'est bien peu de choses». (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!