Actualisé 08.04.2017 à 09:33

Tennis«Je n'aime pas cette image de Monsieur Parfait»

Roger Federer a accordé une interview à «Watson» et à «Schweiz am Wochenende» à l'approche de son 3e «Match for Africa».

de
duf

Roger Federer a un statut d'icône intouchable et de gendre idéal depuis de nombreuses années. Partout dans le monde, ses fans se couperaient un bras pour pouvoir passer quelques instants en sa compagnie. Une situation que le Bâlois comprend très bien, puisqu'il avoue qu'il en aurait certainement fait autant dans sa jeunesse pour pouvoir approcher ses idoles comme Stefan Edberg ou Boris Becker. Federer n'apprécie en revanche pas tellement qu'on lui attribue une étiquette d'homme sans failles. C'est ce qu'il a confié dans une interview parue samedi chez «Watson» et «Schweiz am Wochenende».

«Il y a naturellement beaucoup de choses que je ne fais pas parfaitement ou que je ne sais pas faire du tout», admet le No 4 mondial. «Moi aussi j'ai mes défauts et mes problèmes. Tout faire juste à chaque instant ce n'est absolument pas possible. C'est pourquoi je n'aime pas trop cette image de Monsieur Parfait, parce que je ne peux que décevoir les gens comme ça. Pour moi l'origine de cette appellation est une énigme.»

Le joueur rhénan, qui évoluera à nouveau en Suisse, puisqu'il affrontera lundi à Zurich le No 1 mondial Andy Murray lors du «Match for Africa 3», un événement de bienfaisance disputé au Hallenstadion, assure ne pas trop en faire. «J'essaie de me comporter avec naturel et de façon détendue. Je crois que les gens apprécient ça, parce qu'ils remarquent que peu importe combien j'ai de sponsons, de succès, dans quelle ville je me déplace ou combien de personnalités connues je rencontre, je reste toujours moi-même. Je sais où sont mes racines, qui sont mes amis et ma famille. J'essaie de toujours m'en rappeler. Bien entendu, j'ai le privilège de vivre des choses incroyables, mais ça ne compte pas vraiment parmi les choses importantes dans ma vie. Je crois que les gens savent que je vois ça ainsi.»

«Il y a une période où je me suis senti consumé»

Roger Federer tente également d'expliquer sa recette du succès dans le tennis qui dure depuis bientôt deux décennies. «Il faut le faire avec plaisir. Sinon l'énergie s'évapore. Tu dois rendre le jeu passionnant, y compris toute la préparation à l'entraînement. Avec qui t'entraînes-tu? Comment prépares-tu ton environnement? Où t'entraînes-tu? Les voyages, les autographes, les photos et la célébrité… Tout ça, tu n'as pas le droit de le ressentir comme pénible. Je juge ça important.»

Des conseils que le vainqueur de 18 titres du Grand Chelem n'a pas toujours su appliquer lui-même. «J'ai aussi une fois vécu une phase durant laquelle je me sentais consumé. Où je disais que je voulais faire moins de photos, signer moins d'autographes et emprunter d'autres chemins, ou m'entraîner ailleurs. Parce que je remarquais que si je continuais ainsi, j'étais fatigué durant mes matches. Après ça je me suis à nouveau senti «frais» et je n'ai plus jamais eu de problème. De manière générale, il faut simplement aimer disputer des matches, aimer gagner et ne pas apprécier la défaite. Cette passion est obligatoire. Ce feu et cette glace, je les trouve vitaux. Si tu n'as plus d'objectifs et de rêves, ça n'a plus aucun sens.»

En direct à la TV

Le Match for Africa 3 se disputera ce lundi 10 avril au Hallenstadion de Zurich, dès 19h30. Il sera par ailleurs diffusé en direct sur la chaîne régionale La Télé. Pour les téléspectateurs alémaniques et tessinois, il faudra se rabattre sur les chaînes TV24 et TeleTicino.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!