«Je n'avais pas les moyens d'aller chez le dentiste»
Actualisé

«Je n'avais pas les moyens d'aller chez le dentiste»

Santé. Les frais dentaires sont onéreux et le soin aux dents trop souvent négligé. Pourtant les
économies possibles sont là.

«J'ai commencé à avoir vraiment mal à une dent. J'ai attendu un peu car, financièrement, je ne pouvais pas me permettre d'aller chez le dentiste.» Ils sont nombreux à l'image de Jean-Philippe à renoncer à se rendre chez le dentiste à cause de frais trop élevés. Conséquences prévisibles de telles attitudes: une visite en urgence chez le dentiste, à payer immédiatement, et des soins qui se montent ensuite à des milliers de francs. «Les frais dentaires devraient être calculés en fonction du revenu», relève le responsable de l'association pour des soins dentaires populaires.

Il y a toutefois des moyens de faire des économies. Les voyages dentaires en Hongrie, Croatie, Turquie ou Tunisie, par exemple. «En payant directement au cabinet et en cash, le dentiste me fait un rabais de 10% à 20%», écrit Alex sur le site virus.rsr.ch. Reste que les soins dentaires sont souvent négligés, notamment chez les working poor, quelque 8,3% de la population romande.

Outre les solutions trouvées directement par les patients, des réseaux de cliniques «low-cost» se développent. Les tarifs pratiqués subissent aussi la pression de Monsieur Prix. Mais en matière d'économies dans le domaine, comme le dit Ernst Baumgartner, dentiste à Avenches, «la meilleure solution, c'est la prévention»: brossage régulier et visite annuelle chez l'hygiéniste.

Daniel Schwab (RSR)

Ton opinion