Prostitution : «Je n'étais pas une folle de sexe»
Actualisé

Prostitution «Je n'étais pas une folle de sexe»

Une ancienne escort girl raconte son expérience dans le milieu de la prostitution genevoise. Son livre vient de paraître.

par
fkh

Sabrina est le nom qu'elle portait en tant qu'escort girl. La jeune femme explique le tourbillon dans lequel a elle a été aspirée. Tout débute à Paris, alors qu'elle n'a que 19 ans, relate «Le Matin». Elle est introduite dans le milieu par une fille qu'elle connaît. Sabrina a envie d'essayer: «Pour l'argent et l'aventure. Je n'étais pas une folle de sexe. Après on s'habitue à l'argent, plus qu'à l'aventure.»

Scénario «classique»

Son premier client souhaite un scénario assez «classique»: elle doit incarner une petite fille attirée par son papa qui se fait surprendre par la maman. Elle touche 300 euros (370 francs) pour cette heure passée avec son client. A partir de là, la machine s'emballe. Elle devient accro à l'argent et s'offre une vie de luxe.

Entre 10'000 et 15'000 francs

Pour gagner davantage, elle se rend alors à Genève. Sabrina plonge dans le monde de la nuit: champagne, coke, grand appartement, restaurants fameux. Elle claque tout ce qu'elle gagne. «Je consumais tout ça. On s'habitue tellement vite à la facilité.» Elle gagne alors entre 10'000 à 15'000 francs.

Elle quitte tout

Puis un matin, c'est le tournant. Elle se réveille après une nuit de folie et décide de rentrer à Paris en laissant tout derrière elle. «Arrêter mon activité a été très difficile, je n'ai pas pu abandonner d'un coup. Il fallait que je travaille encore un peu pour aller encore dans un bon restaurant de temps en temps. Je m'étais trop habituée à cette vie.»

En formation dans le tourisme, Sabrina a aujourd'hui 24 ans. «Maintenant, je suis heureuse. J'apprends une autre manière de vivre.»

Ton opinion