Football: «Je n'oublierai jamais la peur que j'ai ressentie»
Actualisé

Football«Je n'oublierai jamais la peur que j'ai ressentie»

L'international français Jérémy Mathieu a témoigné sur les violences qui ont émaillé, en 2018, le centre d'entraînement du Sporting Portugal.

par
BCR
Jérémy Mathieu (à droite) est encore traumatisé par les événements.

Jérémy Mathieu (à droite) est encore traumatisé par les événements.

AFP

Le procès bat actuellement son plein dans la capitale lusitanienne. Bruno de Carvalho, l'ancien président du Sporting Portugal, un des clubs légendaires du pays, figure - parmi une cinquantaine de personnes - dans le box des accusés. Il est soupçonné d'être le commanditaire d'actes violents perpétrés en mai 2018.

Un groupe de supporters avait fait irruption dans le centre d'entraînement du club, à Alcochete dans la banlieue de Lisbonne, pour agresser les joueurs, le staff et le personnel, ainsi que pour vandaliser les infrastructures. Ils auraient commis leurs méfaits en représailles aux mauvais résultats du club, version que le procès devrait évidemment élucider. Cette affaire avait fait grand bruit à l'époque, d'autant que des photos explicites avaient été diffusées sur les réseaux sociaux, montrant notamment le joueur néerlandais Bas Dost en sang.

«Tout était hors de contrôle»

Jérémy Mathieu, le défenseur international français, était invité à comparaître en tant que témoin. Son témoignage a été relayé par le quotidien spécialisé espagnol «As». Extrait: «Acuna avait été frappé au visage par deux ou trois personnes qui étaient derrière lui alors que Misic avait été agressé avec une ceinture. Il y avait trois personnes devant la porte du vestiaire pour éviter que les joueurs ne partent. Tout était hors de contrôle. Je n'avais vu personne tenter de partir, tout le monde était resté et avait peur.»

Le Français - qui a notamment transité par le FC Barcelone - est resté fidèle au club portugais. Mais ce souvenir douloureux ne s'est pas estompé: «Je n'oublierais jamais la peur que j'ai ressentie. J'avais immédiatement appelé mon épouse parce que je ne savais pas si j'allais rentrer à la maison. A la fin des matches, je me souviens encore de cet épisode. Je n'ai pas changé ma routine mais j'ai toujours peur que ça arrive à nouveau», a-t-il confessé.

Ton opinion