«Je ne comprends pas pourquoi j'ai été enlevée»
Actualisé

«Je ne comprends pas pourquoi j'ai été enlevée»

Fin du calvaire pour l'Américaine Jill Carroll. Retenue en otage depuis près de trois mois en Irak, elle a été libérée hier. La jeune femme est apparemment en bonne santé.

La journaliste indépendante travaillait pour le Christian Science Monitor de Boston. Elle avait été enlevée le 7 janvier dans le redouté quartier d'Al-Adel, à l'ouest de la capitale irakienne. Elle s'y rendait pour interviewer le responsable sunnite Adnan al-Doulaimi et avait été prise en otage lors d'une sanglante embuscade qui avait coûté la vie à son traducteur. Son enlèvement avait été revendiqué par un groupe se faisant appeler les «Brigades de la vengeance». Ses ravisseurs exigeaient la libération de toutes les femmes détenues en Irak avant le 26 février. Ils avaient menacé de l'exécuter si leurs revendications n'étaient pas satisfaites.

«J'ai été bien traitée, mais je ne sais pas pourquoi j'ai été enlevée», a déclaré l'Américaine de 28 ans dans un bref entretien à la télévision de Bagdad. La jeune femme portait un foulard vert, une robe grise, et semblait bien se porter. «Il est bien évident que je veux être avec ma famille. Tout ce que je peux dire maintenant, c'est que je suis heureuse d'être libre!», a-t-elle confié.

Aucune rançon n'a été versée ni aucun arrangement passé «avec qui que ce soit», a affirmé l'ambassadeur des Etats-Unis en Irak. La direction du Christian Science Monitor a aussi démenti tout paiement d'une rançon.

(ap)

Ton opinion