Anaïs Uldry ne réalise pas ce qui lui arrive
Publié

Prix du cinéma suisse«Je ne comprends pas trop ce qui m’arrive»

La Genevoise Anaïs Uldry a été primée aux Prix du cinéma suisse pour sa performance dans «La Mif».

par
Marine Guillain
Anaïs Uldry souhaite saisir sa chance et continuer à faire du cinéma.

Anaïs Uldry souhaite saisir sa chance et continuer à faire du cinéma.

DR

Anaïs Uldry a raflé vendredi 25 mars 2022 le Quartz du meilleur second rôle pour sa performance dans «La Mif», film de Fred Baillif qui se déroule dans un foyer d’adolescentes. Cela lors de la cérémonie des Prix du cinéma suisse, nos «César» locaux, qui s’est déroulée à Zurich. «Je ne comprends pas trop ce qui m’arrive», nous a confié la Genevoise de 20 ans, dimanche 27 mars 2022. Et de poursuivre: «J’ai galéré à trouver ma tenue car d’habitude je ne m’habille pas en robe! C’était la course mais j’ai trouvé. Le soir même, j’ai alterné entre talons pour les photos et chaussures plates!»

Lorsque son nom a retenti dans la salle, une grande émotion a envahi toute l’équipe du film. «Je ne m’y attendais tellement pas! Je suis montée sur scène en pleurant, il y avait ma tête en grand, c’était hyper impressionnant, raconte la jeune actrice. J’ai vite craché un discours que j’ai improvisé, j’étais pressée de retourner m’asseoir. Je n’ai jamais reçu de prix de quoi que ce soit dans ma vie donc je trouve ça trop stylé, c’est très gratifiant. Je pense que ça pourra m’ouvrir des portes. En même temps, je ne réalise pas vraiment.»

Après cette toute première expérience dans le cinéma, Anaïs Uldry souhaite désormais poursuivre sur cette voie: «Mais j’éprouve un petit syndrome de l’imposteur, car je n’ai jamais fait d’études pour ça». Le film a reçu deux autres prix: celui du meilleur montage et celui de la meilleure interprétation féminine pour Claudia Grob, directrice de foyer.

L’interview d’Anaïs Uldry et Kassia Da Costa pour la sortie de «La Mif», début mars:

Résonance avec l’actualité

La fiction d’Elie Grappe, «Olga», qui suit une gymnaste ukrainienne tiraillée entre ses rêves et le cours de l’histoire, a triomphé en remportant le Prix du meilleur film de fiction. Bloquée plusieurs jours dans un abri dans l’est de l’Ukraine, Anastasia Budiashkina, la jeune gymnaste de 20 ans qui incarne Olga, a réussi à rejoindre la Suisse et était présente à la cérémonie.

Avec la guerre en Ukraine, le film sorti en Suisse le 17 novembre 2021 connaît une deuxième vie: il est projeté en Angleterre, en Allemagne et aux États-Unis, afin de lever des fonds en faveur de l’Ukraine. «Il faut que nous restions éveillés, il faut continuer de participer aux dons et aux collectes», a souligné Elie Grappe à l’ats.

Toujours en résonance avec l’actualité russo-ukrainienne, «Ostrov», de Svetlana Rodina et Laurent Stoop, a été sacré meilleur documentaire. Il parle d’une île de la mer Caspienne abandonnée par l’État russe, dont les habitants survivent grâce au braconnage. Du côté du Festival de films de Fribourg (FIFF), «Klondike», l’œuvre choc de l’Ukrainienne Maryna Er Gorbach, a raflé le Grand Prix du Jury international Longs métrages.

L’interview d’Elie Grappe pour «Olga» lors du dernier Festival de Cannes:

Ton opinion

7 commentaires