«Je ne fais pas une fixation sur les Jeux olympiques»
Actualisé

«Je ne fais pas une fixation sur les Jeux olympiques»

JUDO – Sergei Aschwanden a retrouvé ce week-end en Belgique la compétition. Avec en point de mire la qualification pour les JO 2008.

Le Vaudois est de retour. Contraint au repos depuis mai 2006, au lendemain de sa médaille de bronze glanée aux Européens de Tampere, en Finlande, le judoka de 31 ans est désormais remis de son opération au coude. Pour son tournoi de reprise, Sergei s'est classé cinquième à Visé (Be), en catégorie des moins de 90 kg.

– Comment avez-vous abordé votre retour à la compétition?

– Il s'agissait dans un premier temps de voir comment mon coude réagirait. Je suis très content car je n'ai pas ressenti de douleur. Bien sûr, après une aussi longue pause, il a fallu retrouver le rythme, mais j'ai plutôt bien combattu. Je jugerai de mon état de forme le week-end prochain lors du Super Tournoi Coupe du monde de Paris, où je retrouverai ma catégorie des moins de 81 kg.

– De quelle façon votre préparation hivernale s'est-elle déroulée?

– J'ai pu effectuer un bon travail foncier, sans bobos. C'est important, car la saison s'annonce longue. Je n'évolue pas encore au top de ma forme, mais monte progressivement en puissance.

– Pour être parfaitement affuté lors des Européens de Belgrade, début avril?

– Bien sûr, c'est un objectif. Je vise la médaille. Et puis, il faut déjà penser à engranger un maximum de points en vue d'une sélection pour Pékin.

– Justement, les Jeux: après deux défaites au 1er tour en 2000 et 2004, vous rêvez d'y briller l'an prochain?

– C'est la seule compétition où j'ai toujours capoté. Je n'en fais pas une fixation, mais c'est une vraie source de motivation. Une médaille olympique serait comme une – très belle – cerise sur le gâteau.

Catherine Muller

Ton opinion