Nehuda: «Je ne laisserai pas les gens me salir»
Publié

Nehuda«Je ne laisserai pas les gens me salir»

Accusée, avec Ricardo, d’avoir agressé physiquement un maire de La Réunion, Nehuda a pris la parole sur Instagram pour donner sa version des faits.

Quatre jours après l’altercation qui a eu raison du tournage – pas encore commencé – des «Vacances des Anges» à La Réunion et dans laquelle elle est impliquée, Nehuda a souhaité s’exprimer. La candidate de téléréalité, exclue du programme par la production, a choisi Instagram pour donner sa version des faits parce que «les médias n’ont pas respecté la présomption d’innocence», a-t-elle dit.

C’est donc dans une vidéo de près de 15 minutes que la Française s’est adressée à ses abonnés. Elle a commencé par confier qu’elle recevait d’innombrables menaces depuis la révélation dans les médias de la bagarre qui s’est déroulée dimanche 10 janvier 2021 dans un hôtel de Saint-Denis. Nehuda a également déploré les nombreux mensonges circulant au sujet de ce qui était réellement arrivé ce jour-là et affirmé que ni elle ni Ricardo n’avaient déclenché les hostilités: «J’ai pris un avocat, des plaintes vont être déposées parce que je ne laisserai pas les gens me salir.»

La nounou agressée par deux hommes

«L’altercation a commencé sans nous», a-t-elle assuré, expliquant qu’elle était à table avec son père, Ricardo et leur fille quand elle a entendu des applaudissements plus loin sur la terrasse et deux hommes crier. Désirant savoir ce qui se passait, elle s’est levée et s’est dirigée vers le lieu d’où provenaient les éclats de voix. Elle a alors vu la nounou des «Anges» se faire agresser verbalement par deux hommes après qu’elle leur avait demandé de ne pas publier les éventuelles photos des candidats qu’ils avaient en leur possession.

C’est en voulant prendre la défense de la nounou que Nehuda s’est retrouvée impliquée. «Le fils du maire s’est approché de moi en criant avec la main en avant», s’est-elle souvenue. Et Ricardo est intervenu pour prendre sa défense. «À partir de ce moment-là, ils se sont rués sur lui», a dit la jeune femme, parlant du maire, de son fils de son gendre et de son épouse.

Placés en garde à vue, Ricardo et Nehuda ont été relâchés et aucune charge n’a, pour l’instant, été retenue contre eux, avait indiqué une source judiciaire à l’AFP.

(jfa)

Ton opinion