Actualisé 02.02.2011 à 20:43

Lunettes pour enfants«Je ne pense pas qu'on reviendra en arrière»

Alors que les cantons se mobilisent à leur tour pour que les lunettes des enfants soient à nouveau prises en charge par l'assurance de base, Didier Burkhalter demeure ferme.

«On en parlera au Conseil fédéral mais je ne pense pas qu'on reviendra en arrière», a déclaré Didier Burkhalter.

«On en parlera au Conseil fédéral mais je ne pense pas qu'on reviendra en arrière», a déclaré Didier Burkhalter.

«L'assurance de base doit prendre en charge les maladies, or, les problèmes de vue ne constituent pas une maladie», a affirmé le conseiller fédéral mercredi devant la presse. Il s'agit de défauts génétiques ou d'effets naturels liés à l'âge. Environ 70% des personnes portent des lunettes en Suisse, selon lui.

«Trouvez-vous normal qu'une assurance sociale paie une partie de toutes ces lunettes, je pose la question», a lancé Didier Burkhalter, avec une certaine irritation. D'ailleurs, les 180 francs versés par les caisses ont eu un effet à la hausse sur les prix; pour preuve, un groupe optique offre désormais une ristourne de 180 francs sur les verres pour enfants.

Le problème de la suppression des moyens ne se pose pas pour les personnes les plus défavorisées, puisque l'aide sociale prend en charge l'achat de lunettes ou de verres de contacts, a estimé le ministre de la santé.

Familles nombreuses

La situation est en revanche plus tendue pour les familles nombreuses des classes moyennes-inférieures, dont les enfants sont atteints de myopie. Il s'agira de trouver une solution, par exemple avec le soutien d'associations, selon le Neuchâtelois.

«Je ne vois en revanche pas pourquoi les familles qui ont les moyens doivent recevoir un soutien de l'assurance de base». C'est une question d'attitude générale à avoir vis-à vis de l'assurance maladie, «qui ne peut pas toujours payer, payer, payer», selon lui. Il vaut mieux adapter les prestations que se retrouver avec un système à deux vitesses.

Depuis janvier, l'assurance n'accorde plus 180 francs lors d'achats de lunettes ou de verres de contact. Cette contribution était jusqu'ici disponible chaque année pour les enfants et tous les cinq ans pour les adultes. Avec d'autres mesures, la suppression de cette prestation représente une économie de quelque 40 millions de francs (10%).

Appel des cantons

Sa suppression a suscité une levée de boucliers. Mercredi, les cantons sont montés au créneau. Dans un communiqué, la Conférence des directeurs cantonaux de la santé a demandé au Département fédéral de l'intérieur de revenir sur sa décision.

La conférence considère comme justifié et indiqué de maintenir cette prestation pour les enfants dans une optique de politique sociale et familiale. Les Chambres fédérales devront aussi se prononcer sur la prise en charge des verres de lunettes des enfants.

La conseillère nationale Thérèse Meyer (PDC/FR) a en effet déposé une motion en ce sens. Le Conseil fédéral n'y a pas encore répondu. Le texte souligne qu'une bonne vision est primordiale pour un bon apprentissage à l'école. Il serait désastreux que des parents doivent renoncer à une correction nécessaire de la vue de leur enfant par manque de moyens, selon Mme Meyer.

Note aux rédactions: Texte complété et remanié avec les déclarations de D.Burkhalter

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!