Actualisé 16.01.2015 à 12:27

Patrick, «Nouvelle Star»

«Je ne regrette pas d'avoir choisi de partir»

Le Fribourgeois a décroché son ticket pour la suite de l'aventure. Il a toutefois abandonné, pour participer à une autre expérience musicale.

de
Mathilde Jarry

Comme il y a dix ans, Patrick a quitté l'aventure avant les prime de «Nouvelle Star». Mais cette fois, c'est volontaire. Sélectionné pour la suite du concours de D8, il a préféré dire «stop» pour pouvoir participer à la Montreux Jazz Academy.

Qu'est-ce qui vous a poussé à partir?

Avant les prime, il y avait une dernière épreuve surprise qui tombait en même temps que la Montreux Jazz Academy. J'ai bien essayé de concilier les deux, mais ce n'était pas possible. Entre un télécrochet et un stage avec les plus grands noms du jazz, le choix était vite fait.

N'avez-vous aucun regret?

Bien sûr, j'en ai toujours un petit. J'aurais voulu savoir si j'étais capable d'atteindre les prime. Mais je n'ai pas joué ma vie à «Nouvelle Star». Mon objectif, c'est d'écrire mes propres chansons, de travailler sur un propre album, et d'essayer de décrocher un contrat pour faire de la musique.

En arrêtant «Nouvelle Star», vous vous privez d'une visibilité médiatique...

C'est vrai, mais la Montreux Jazz Academy, c'est de nombreuses connections dans le monde entier. Les artistes ont des contacts, et je sais qu'ils peuvent, et qu'ils vont m'aider. C'est plus élitiste, certes, mais ça peut aussi m'apporter beaucoup.

Retenterez-vous «Nouvelle Star»?

Dans 10 ans, j'aurais dépassé l'âge autorisé (rires). Mais même l'année prochaine, je ne sais pas. J'ai un emploi du temps très chargé. Et puis je dois avouer que j'ai un peu fait le tour des castings. J'ai beaucoup appris, mais il faut que j'avance. Les castings m'ont aidé à avoir une petite visibilité. Depuis, des gens me contactent pour des sponsors, des financements. Si j'avais continué à jouer dans les bars, je n'aurais pas eu ces contacts-là. Quelque part je marche un peu dans le milieu de la télépoubelle, mais je marche avec les armes que j'ai.

Comment parvenez-vous à concilier vos deux passions: la musique et le vélo?

J'ai la chance de travailler dans une boîte très cool et ouverte d'esprit. La preuve: j'ai ma guitare sur mon lieu de travail. Mon timing est parfait: j'ai le conservatoire juste en face. Je ne pourrais pas me passer de l'une de mes deux passions. Si un jour la musique devait devenir mon métier, il est clair que j'aurai un atelier chez moi où je bricolerai.

Allez-vous suivre les prime de «Nouvelle Star»?

Bien sûr! Je connais tous les candidats, je sais ce qu'ils valent, donc c'est hyperintéressant de voir l'évolution, de voir qui va craquer, s'il y aura des surprises etc.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!