Actualisé 21.02.2014 à 15:29

Berne«Je ne sais pas qui a proféré ces menaces»

Tous les sites d'une école bernoise seront fermés jusqu'à samedi à la suite de menaces anonymes. La directrice de l'établissement ignore qui se trouve derrière ces intimidations.

de
ofu

Jeudi, l'école professionnelle bernoise (gibb) a reçu une menace anonyme. La police prend la situation très au sérieux mais reste très discrète. Elle a toutefois précisé à l'ats que «plusieurs personnes pourraient souffrir» sans vouloir en dire plus sur la nature de la menace. «Nous sommes très bien préparés pour ce genre de situations, mais nous ne voulons pas que des personnes soient blessées. C'est pour cela que nous avons décidé de fermer nos bâtiments. Je ne sais pas qui a proféré ces menaces. Il ne me semble pas qu'il y a eu des problèmes à l'école ces derniers temps», affirme Sonja Morgenegg, directrice du gibb.

Les plus de 2000 élèves et enseignants, qui étaient concernés vendredi par cette mesure, ne sont pas les seuls à être touchés, car les sites abritent également plusieurs bureaux communaux. Par conséquence, les quelque 110 employés du service du cadastre, de l'inspectorat des finances et du service informatique ont été priés de rester à la maison vendredi. Certains d'entre eux peuvent travailler depuis chez eux. «On a été informé ce matin peu après 7h par notre chef qui nous a envoyé un e-mail et un sms», confirme un des collaborateurs.

D'intenses investigations sont en cours, a indiqué vendredi Michael Fichter, porte-parole de la police cantonale bernoise, sans donner de nouveaux détails sur cette menace. La police se contente d'évoquer une «menace concrète». Son auteur aurait laissé entendre qu'il pourrait y avoir un grand nombre de victimes. La décision de fermer l'établissement a été annoncée jeudi vers 20h00 en concertation avec la direction de l'école professionnelle bernoise (gibb). L'information a ensuite très rapidement circulé, via les réseaux sociaux notamment.

Peu d'élèves se sont donc présentés vendredi matin devant les portes closes des différents bâtiments. Des policiers étaient postés devant leurs entrées respectives afin d'informer les élèves qui n'auraient pas été avertis à temps. L'accès à l'école dans le quartier de la Lorraine a aussi été fermé momentanément à la circulation.

Une centaine de personnes concernées samedi

Compte tenu du fait qu'il a fallu avertir beaucoup de monde en peu de temps, le porte-parole estime que l'opération a bien fonctionné. Samedi, la fermeture de l'établissement ne concernera qu'une centaine de personnes.

Une assistance téléphonique a été mise en place dès jeudi soir. La police espère obtenir par ce biais des informations au sujet de ou des personnes qui menacent l'école. La police a fait état de nombreux appels, mais sans en préciser le nombre.

D'après son site Internet, la gibb compte au total 7000 élèves et 600 professeurs. L'établissement avait déjà fait l'objet de menaces graves en novembre 2008. Suite à deux appels alarmants, la police avait déclenché une vaste opération sur le site établi dans la capitale.

Les forces de l'ordre avaient découvert par la suite que l'auteur des menaces était un plaisantin âgé de 16 ans. Ce dernier a dû s'acquitter d'une facture de 16'500 francs pour couvrir les frais d'intervention.

En 2007, plusieurs alertes à la bombe avaient touché la ville de Berne, dont une au gibb. La gare de Berne avait dû être évacuée plusieurs fois partiellement. Il s'agissait la plupart du temps de fausses alertes.

(ofu/ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!