Actualisé 15.03.2006 à 09:16

«Je ne sais pas si je pourrai remarcher»

Sauvé dimanche d'une coulée de neige alors qu'il skiait en hors-piste, l'as du freeride Jean-Yves Michellod fait preuve d'une grande humilité.

«Si je suis à l'hôpital, c'est que j'ai fait une erreur», a affirmé hier le Valaisan, hospitalisé à Sion. Trois jours après sa chute d'une barre rocheuse au Mont-Fort, à Nendaz, il ne parle pas de malchance mais de son «manque d'expérience». L'homme est pourtant loin d'être un novice. Guide de haute montagne, vainqueur de la petite Patrouille des Glaciers il y a plusieurs années et de l'Xtreme 2004 de Verbier, il rappelle qu'«en montagne il faut de l'humilité». Et ajoute: «Même les guides peuvent faire des erreurs.»

Grièvement blessé au dos, il a été opéré dimanche. «J'ai une fissure d'une vertèbre, et cela a touché la moelle épinière», a-t-il confié. Il se sent mieux mais ne connaît pas encore le pronostic. «Je ne sais pas si je pourrai remarcher avant plusieurs semaines.»

Cet accro du freeride devait participer pour la troisième fois à la compétition de Verbier vendredi. Pour l'instant, il se soucie moins de sa carrière professionnelle que de sa santé. «De toute façon, je referai du ski un jour, mais je ne sais pas quand.»

Le Valaisan garde le moral: «Il faut que je l'aie pour essayer de remarcher. Il faut être positif. J'ai plein d'amis qui me soutiennent.» Comme le Vaudois Dominique Perret, surnommé le «skieur du siècle», qui l'accompagnait au moment de l'accident et qui l'a dégagé de la coulée de neige.

Sophie Roselli

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!