Actualisé 14.10.2013 à 13:46

Léa Seydoux

«Je ne serai jamais en paix avec moi-même»

L'actrice de «La Vie d'Adèle» revient sur son enfance et ses phobies qui l'ont particulièrement marquée.

de
Ludovic Jaccard
La comédienne française a longtemps souffert de claustrophobie.

La comédienne française a longtemps souffert de claustrophobie.

A 28 ans, Léa Seydoux est devenue la star montante depuis son rôle de jeune lesbienne dans «La Vie d'Adèle», le film polémique primé au dernier festival de Cannes. Décrite comme «une petite crème de douceur et de délicatesse» par son attachée de presse, la comédienne s'est confiée à cœur ouvert dans «Psychologie». Issue d'une prestigieuse famille d'industriels, son grand-père est le patron de Pathé et son grand-oncle, celui de Gaumont, Léa a eu des parents très permissifs. «J'ai reçu une éducation… atypique, disons. Sans règles, sans cadre. Très tôt, dès le divorce de mes parents quand j'avais 3 ans, j'ai eu le sentiment d'être livrée à moi-même et de faire ma propre éducation», a-t-elle confié.

Du coup, n'ayant pas de limites, la jeune femme a trouvé cette période angoissante. «J'étais une enfant de nature très mélancolique et solitaire, je sentais comme une distance entre le monde et moi.»

Certaine qu'elle allait mal tourner, Léa a décidé, à 14 ans, d'aller consulter un psy. «J'ai longtemps adoré la psychologie, au point que je voulais devenir psychanalyste. Puis j'ai cessé d'y croire, pour ne plus croire qu'à la volonté», explique l'actrice.

A 19 ans, Léa était toujours angoissée. A tel point qu'elle a commencé a développer des phobies qui lui ont rendu la vie impossible. «Je suis devenue claustrophobe, je ne pouvais pas prendre l'avion, ni même le métro, les crises d'angoisse pouvaient me prendre n'importe où, à n'importe quel moment, et, de plus en plus, j'avais peur d'avoir peur.»

Plus de stabilité

Aujourd'hui, la Française va mieux même s'il lui arrive encore d'avoir des angoisses. «Je ne suis plus leur esclave: j'ai appris à vivre avec. Je pense que je ne serai jamais en paix avec moi-même! Mais je sens que je vais vers plus de stabilité.»

La maternité? Léa y pense, d'autant plus qu'elle est en couple. Mais ça ne sera pas pour tout de suite. «D'ici là, je voudrais apprendre à être plus organisée. J'ai fait beaucoup de choses très vite ces dernières années: j'ai acheté mon appartement, j'ai travaillé intensément, au risque de me consacrer trop peu à ma vie personnelle… Il me faut mettre de l'ordre dans ma vie et clarifier mes désirs, dit-elle. Si mon emploi du temps me le permettait, j'aimerais bien retourner voir un psy. Peut-être…»

Suivez toute l'actualité des stars sur les réseaux sociaux avec «20 minutes»:

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!