Saas-Fee (VS): «Je ne skierai plus sur un glacier sans guide»
Actualisé

Saas-Fee (VS)«Je ne skierai plus sur un glacier sans guide»

Un skieur de hors-piste s'est offert une belle frayeur samedi, sur le glacier de l'Allalin. Les remontées mécaniques rappellent que sortir des pistes représente toujours un danger.

par
David Maccabez

«Franchement, je m'estime chanceux. Si j'étais tombé cinq mètres plus loin, la crevasse était bien plus profonde.» C. et son groupe d'amis, des trentenaires originaires de la région genevoise, décident de s'offrir une petite partie de hors-piste sur le glacier de l'Allalin, samedi à Saas-Fee (VS), mais l'aventure a failli mal tourner.

Avec le recul, C. reconnaît que son comportement aurait pu avoir des conséquences bien plus graves: «J'avais déjà skié sur un glacier avec un guide et je me croyais assez expérimenté pour m'en sortir seul. On ne m'y reprendra plus.»

En plus, C. devra payer les frais de l'intervention, qui a duré une heure.

Piège invisible

Le malheureux fait une chute de six mètres dans une crevasse, qu'il était impossible de voir. Les importantes précipitations avaient créé un pont de neige. «On a tout de suite appelé les secours et, en même temps, on a tenté de joindre notre ami sur son portable.» Contre toute attente, il décroche. «Je vais bien, je suis coincé dans le trou, mais je n'ai rien», a-t-il expliqué. L'homme s'en est sorti indemne et est allé skier le lendemain.

«Seules les pistes balisées sont sûres»

Les remontées mécaniques de Saas-Fee, comme toutes les entreprises, n'ont de cesse de le répéter: la sécurité n'est garantie que sur le domaine skiable «officiel». «Il a eu beaucoup de chance. A certains endroits, les crevasses sont profondes de 70 mètres», lance Lars Hofer, responsable des pistes et du sauvetage de la station haut-valaisanne. «Faire du hors-piste est toujours dangereux. Cet accident est de la responsabilité du skieur.» Pour s'engager sur le glacier, ils ont en effet passé outre les filets qui empêchaient le passage.

Reste que prévoir ce genre de mésaventure est impossible. «Il y a des jours où rien n'arrive et d'autres, comme samedi, où on doit intervenir. La montagne est imprévisible, les risques d'avalanche et de chutes ne sont jamais nuls», conclut le responsable.

La vidéo du sauvetage

Ton opinion