01.06.2015 à 20:44

Australie«Je ne suis pas le genre de fille qui se met à genoux»

Le «Hugh Hefner australien» avait créé un tollé en publiant une photo de lui tenant deux femmes «en laisse». L'une d'elles a claqué la porte et se confie.

de
joc
1 / 11
Sur cette photo, Beynon tient en laisse sa femme (la brune) et Kirsty Engelmann. Le cliché avait provoqué un scandale sur les réseaux sociaux.

Sur cette photo, Beynon tient en laisse sa femme (la brune) et Kirsty Engelmann. Le cliché avait provoqué un scandale sur les réseaux sociaux.

Instagram
Ici, la femme du millionnaire est utilisée comme un «plat humain».

Ici, la femme du millionnaire est utilisée comme un «plat humain».

Instagram
Instagram

Surnommé le «Candyman», Travers Beynon est une sorte de Hugh Hefner australien. A l'image de l'octogénaire américain, le millionnaire vit dans un manoir entouré de plusieurs créatures dont il fait ses maîtresses. Marié et père de famille, l'homme scandalise régulièrement les réseaux sociaux en publiant des clichés particulièrement dégradants et humiliants pour la gent féminine.

Parmi ces images, celle montrant Beynon en train de promener son épouse, la brune Taesha, et une autre jeune femme en laisse a provoqué bien des remous sur le web. La blonde en question s'appelle Kirsty Engelmann, 24 ans. Depuis la réalisation de ce fameux cliché, la belle a quitté le manoir. Elle a ouvert les yeux sur celui qu'elle considère aujourd'hui comme un «manipulateur narcissique» et tente de tourner la page. Interrogée pour l'émission «A Current Affair», diffusée sur la chaîne Nine, la jeune femme a confié que c'était le propre fils du «Candyman», âgé de 16 ans, qui avait pris cette photo scandaleuse.

«Je détestais que l'on montre de cette manière»

L'Australienne ajoute qu'elle n'était pas à l'aise à l'idée de se faire photographier dans cette posture peu reluisante mais qu'elle «devait le faire». «Je n'étais pas contente de poser pour ce cliché, dans un premier temps. J'étais en colère. Vraiment en colère. Je ne suis pas le genre de fille qui se met à genoux pour une photo», confie la jeune femme. Kirsty ne se doutait pas que ces images seraient vues pas tant de monde. «Je détestais que l'on montre de cette manière», explique-t-elle.

Avant de quitter le manoir, la jeune femme travaillait la semaine comme réceptionniste dans le bar-tabac de Travis Beynon, raconte le «Daily Mail». Le reste du temps, elle endossait le rôle d'une de ses maîtresses au manoir Candy Shop. Malgré le fait qu'elle devait partager le lit conjugal avec l'épouse du millionnaire, qui était aussi sa meilleure amie, Kristy admet qu'elle était amoureuse de Beynon. A ses yeux, leur relation était tout à fait «normale».

«Je suis heureuse d'être partie»

Quand on lui demande si elle pense que Taesha, la femme de Beynon, était heureuse de faire partie d'une relation polygame, la jeune femme répond: «Non. Je veux dire, je ne l'étais pas. Comment pouvait-elle l'être?»

L'Australienne revient également sur une autre photo qui a déclenché un tollé sur les réseaux sociaux: la femme de Travis Beynon, étendue nue sur une table et servant de «plat humain». «Je suis heureuse d'être partie. Je suis contente de ne pas avoir été là à ce moment-là. C'est terrible. J'ai des standards de morale et de classe très élevés. Et ces clichés ne les reflétaient pas du tout», assure-t-elle.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!