Succession Couchepin: «Je ne suis pas un calmant pour l'UDC»

Actualisé

Succession Couchepin«Je ne suis pas un calmant pour l'UDC»

Christian Lüscher ne se voit pas comme un candidat de l'UDC dans la course au Conseil fédéral.

Le Genevois ne se conforme certes pas à la majorité et dit toujours ce qu'il pense. C'est principalement ce qui le caractérise en tant que libéral, estime-t-il.

Christian Lüscher peut s'accommoder du rôle d'«outsider», mais il est un vrai candidat du PLR, a-t-il dit mardi sur les ondes de la radio publique alémanique DRS. «Je ne suis pas un calmant pour l'UDC», a souligné l'avocat, répondant indirectement à une attaque récente du président du PS Christian Levrat.

Le Genevois, qui siège depuis deux ans au National, estime qu'il est trop tôt pour évaluer ses chances d'élection. Mais celui qui lui reprocherait des lacunes dans les dossiers mentirait, a-t-il dit. Il admet n'avoir aucune expérience d'un exécutif, mais pour lui, les idées sont plus importantes que l'expérience.

Des idées, il en a par exemple pour le travail du Conseil fédéral: le collège doit se rencontrer plus souvent, prendre davantage de décisions ensemble et ensuite aussi les défendre en commun, exige-t-il. «Nous n'avons pas besoin de réformes sur le papier, mais de réformes dans les têtes», selon Christian Lüscher.

Christian Lüscher figure sur le ticket du PLR aux côtés du conseiller aux Etats neuchâtelois Didier Burkhalter pour la succession de Pascal Couchepin au Conseil fédéral. (ats)

Ton opinion