Actualisé

Patrick Puydebat«Je ne suis plus blacklisté par les réalisateurs»

De passage en Suisse pour tourner des scènes des «Mystères de l'amour», Patrick Puydebat a révélé qu'il avait des projets au cinéma.

par
Julienne Farine

En avril, Hélène Rollès confiait que le monde du cinéma n'appréciait guère les comédiens des séries AB Productions. Celui qui incarne Nicolas depuis le premier épisode d'«Hélène et les garçons» pense, lui, que les choses ont changé. Interview en Suisse romande, chez l'actrice Carole Dechantre, qui incarne Ingrid dans «Les mystères de l'amour».

Les acteur AB ne seraient donc pas considérés comme des comédiens de seconde zone selon vous?

Ce fut vrai, mais ça l'est de moins en moins. Ça ne le sera bientôt plus du tout puisque certains d'entre nous ont déjà commencé à tourner pour le cinéma.

Vous en faites partie?

Oui. Je prépare un film avec Mathias Gomis, un jeune réalisateur avec lequel j'ai déjà travaillé sur un court métrage qui s'appelle «Bienvenue aux Acteurs Anonymes». Vous voyez, je ne suis plus blacklisté par les réalisateurs. Mes collègues non plus d'ailleurs. Philippe Vasseur (ndlr: José dans «Les mystères de l'amour») a joué dans un film qui sort au mois d'octobre.

Vous incarnez Nicolas depuis plus de 20 ans. Pensez-vous encore jouer ce personnage en 2033?

Ah oui! J'ai toujours dit que je voulais que cette série soit la plus longue du monde et dure jusqu'à ce que l'un de nous décède. Là, par correction, on ¬arrêtera (il rit). Pour nous, ce n'est plus une série, c'est une aventure humaine. Quand on joue, on ne travaille plus, on retrouve des copains.

Vous avez tourné en Suisse, à Champéry, quelques scènes des «Mystères de l'amour». Etiez-vous déjà venu dans notre pays?

J'ai passé plusieurs étés en Haute-Savoie quand j'étais jeune, ce qui m'a permis d'aller faire du shopping à Genève comme tout bon Français en vacances (il sourit). Mais je ne connaissais pas du tout l'autre bout du lac Léman, qui est sublime.

Reviendrez-vous?

Si je suis invité, je referai le voyage avec plaisir. Bouger est l'un des aspects de mon métier que je préfère. Dès que l'occasion se présente, je saute dessus!

Comment expliquez-vous le succès des «Mystères de l'amour», 20 ans après le début d'«Hélène et les garçons»?

C'est parce que Carole Dechantre fait partie du casting de l'émission (il rit). En fait, je pense que ça s'explique par le fait que quand on a été retirés de l'antenne en 2004, ce n'était pas une question d'audience. C'est dû à des problèmes de guéguerres internes entre les producteurs et les diffuseurs. On a fait les frais de ces petites guerres intestines, mais ça n'a jamais été un problème d'audimat, ni de fidélité des téléspectateurs. Partant de ce constat, on s'est dit que beaucoup de gens auraient aimé que ça perdure. La preuve, ils étaient ravis de nous retrouver.

Avez-vous votre mot à dire sur le scénario?

Jean-Luc Azoulay est très ouvert. Dans les mécanismes de la série il y a des repères auxquels il ne peut pas déroger. Mais malgré tout on peut facilement lui faire des propositions et il se nourrit parfois de nos idées.

Lui avez-vous proposé quelque chose?

Non, parce que j'ai vraiment autre chose à faire (il rit) C'est lui parfois qui vient me voir et qui me demande mon avis. Je n'ai pas d'exigences particulières, je suis un bon petit soldat, j'obéis.

Vous n'avez pas pu participé à la première saison de «Splash», sur TF1, car vous vous êtes fracturé le plancher orbital. Ca va mieux?

Non, il est toujours fracturé. Il faut que je me fasse opérer.

Vous avez peur de l'opération?

Non, j'ai 90 points de suture sur le corps. Le truc c'est qu'après l'opération, on se retrouve pendant un mois avec une tête de salamandre parce qu'on vous pose une plaque. Et vu le rythme des tournages, je n'ai pas le temps de me retrouver avec cette tête-là qui sera certainement approchante de celle que j'ai aujourd'hui, mais c'est encore pire, imaginez. Je ne peux vraiment pas tourner.

Donc la saison 2 de «Splash» est fortement compromise pour vous.

Je n'ai jamais entendu parler d'une saison 2 et je ne suis pas sûr qu'il y en ait une.

Pourquoi?

Sur trois primes, ça a fait des scores qui restent de bon scores mais qui pour TF1 n'étaient pas extraordinaires. Je n'ai pas trouvé que c'était une grande réussite. C'est difficile comme émission, parce que le plongeon c'est quelques secondes et c'est deux heures de prime à alimenter sur quelques plongeons. Ce n'est pas évident.

Suivez toute l'actualité des stars sur les réseaux sociaux avec «20 minutes»:

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!