Roland-Garros: «Je peine encore à réaliser que j'ai gagné»
Actualisé

Roland-Garros«Je peine encore à réaliser que j'ai gagné»

Stan Wawrinka était aux anges après avoir remporté Roland-Garros, son deuxième titre du Grand Chelem. «C'est une sensation extraordinaire», a-t-il lâché.

1 / 44
12.06 Comme Stan Wawrinka l'avait annoncé, sa tenue et son fameux short sont entrés au Musée de la Fédération française de tennis à Roland-Garros, comme le confirme un tweet du compte officiel du tournoi.

12.06 Comme Stan Wawrinka l'avait annoncé, sa tenue et son fameux short sont entrés au Musée de la Fédération française de tennis à Roland-Garros, comme le confirme un tweet du compte officiel du tournoi.

twitter/Roland-Garros
08.06 Stan a posé devant la Tour Eiffel au lendemain de sa victoire à Roland-Garros.

08.06 Stan a posé devant la Tour Eiffel au lendemain de sa victoire à Roland-Garros.

Gonzalo Fuentes
Etienne Laurent

Le Vaudois de 30 ans a-t-il craint de rester l'homme d'un seul exploit en Grand Chelem? «Cela m'aurait aussi convenu», souriait le champion d'Australie 2014, qui a commencé sa conférence de presse en posant son célèbre short devant lui. «Un grand exploit, c'est déjà beau. Honnêtement, je ne pensais pas être capable de gagner un deuxième titre du Grand Chelem», glissait-il.

«Mais quand je me retrouve en demi-finale d'un tournoi majeur, je sais que je n'ai plus que deux matches à gagner pour aller au bout. Et je sais que je suis capable de battre des joueurs comme Jo-Wilfried Tsonga ou Novak Djokovic (réd: ses deux derniers adversaires dans cette quinzaine) dans ces grands rendez-vous. Mais il est clair que je suis plutôt satisfait d'avoir gagné un Open d'Australie et un Roland-Garros», s'amusait-il.

Stan Wawrinka peinait néanmoins à exprimer plus précisément ses émotions. «Je me sens calme et relax. C'est étrange. C'est difficile à décrire. Il y a beaucoup d'émotions. Beaucoup de fierté, aussi. Mais il me faudra du temps pour réaliser, même si c'est mon deuxième titre du Grand Chelem. Ce n'est pas facile à digérer», expliquait-il.

La victoire modeste

Le joueur de St-Barthélemy a notamment rejoint Andy Murray en s'adjugeant un deuxième titre majeur. Le «Big Four» (Roger Federer, Rafael Nadal, Djokovic et Murray) est-il devenu un «Big Five»? «Je ne suis pas aussi fort qu'eux. Ils ont tout gagné depuis dix ans. Mais je suis suffisamment fort pour avoir remporté deux titres du Grand Chelem», expliquait-il.

«Je n'ai pas encore trouvé le moyen de jouer mon meilleur tennis à chaque tournoi. Mais je suis satisfait de ma carrière jusqu'ici», expliquait Stan Wawrinka, qui a tout de même réussi l'exploit de battre les nos 1 et 2 mondiaux tant lors de son parcours victorieux de l'Open d'Australie 2014 (Djokovic en quart, Nadal en finale) que lors de cette quinzaine parisienne (Roger Federer en quart, Djokovic en finale). «Je ne veux pas être comparé aux membres du Big Four. Je veux simplement continuer à progresser. Et je veux les battre. C'est aussi simple que cela!»

Le Vaudois ne voulait pas non plus comparer son sacre de la Porte d'Auteuil avec celui de Melbourne. «Tout est différent. Celui-ci est très spécial, car j'ai battu en finale un joueur qui a quasiment tout gagné depuis le début de l'année. Il l'est aussi en raison du niveau de jeu qui était le mien. Je suis encore surpris d'avoir pu jouer de la sorte. Je suis surpris de la manière avec laquelle j'ai terminé ce match. J'étais très relâché sur mon côté revers, et j'ai pu frapper quelques coups extraordinaires. C'est rare de pouvoir réussir cela dans une finale face à Novak», concluait-il.

(si)

En finale, le Vaudois a battu le Serbe Novak Djokovic en quatre manches. Lisez le compte rendu la rencontre.

En finale, le Vaudois a battu le Serbe Novak Djokovic en quatre manches. Lisez le compte rendu la rencontre.

Une victoire pour Magnus Norman

Enfin. Le Suédois et Roland-Garros vivent une relation tumultueuse. En tant que joueur, Magnus Norman avait échoué en finale de l'édition 2000 face à Gustavo Kuerten. En 2009 et 2010, il était l'entraîneur de Robin Söderling lorsque son compatriote s'inclinait en finale à la Porte d'Auteuil, respectivement face à Roger Federer et Rafael Nadal. «J'ai forcément une pensée pour Magnus en ce moment, a remarqué Stan Wawrinka, sur le court central. Elle est pour toi. Enfin tu la gagnes!»

Ton opinion