Incendies au Portugal: «Je pense que les gens arrivent à saturation»
Actualisé

Incendies au Portugal«Je pense que les gens arrivent à saturation»

La grogne monte au Portugal, après la nouvelle vague d'incendies meurtriers dans le pays. Le gouvernement vacille.

par
mst

Des centaines de Portugais ont répondu à un appel Facebook et bravé la pluie pour se réunir devant la Présidence, mardi soir à Lisbonne. Ils tenaient à exprimer leur indignation après la nouvelle tragédie, qui a fait plus de 40 morts depuis dimanche dans le pays, survenue quatre mois après l'incendie le plus meurtrier de l'histoire du Portugal, avec 64 personnes tuées.

De nombreux proches de victimes ont participé au rassemblement, ainsi que des citoyens qui voulaient faire part de leur ras-le-bol contre les autorités. La manifestation a débuté en silence. Mais, rapidement, des slogans tels que «partez en vacances» ou «démission» ont été criés par la foule. «Je pense que les gens arrivent à saturation», explique Paulo Gorjão à TV24, pointant du doigt l'inaction du gouvernement. Si ce professeur d'université s'est déplacé, c'est avant tout pour honorer la mémoire des victimes, mais aussi pour réclamer des changements à la tête du pays. «Ce qui est arrivé est une honte».

Le président en appel au Parlement

Face à la colère de la population, le président conservateur Marcelo Rebelo de Sousa a appelé mardi le gouvernement socialiste à «tirer toutes les conséquences de cette tragédie». «Ces plus de cent morts ne quitteront jamais mon esprit, comme un poids énorme sur ma conscience et sur mon mandat», a-t-il affirmé dans une déclaration solennelle au pays.

Réagissant à la motion de censure déposée par un petit parti de droite, le CDS-PP - que la majorité de gauche devrait repousser sans difficulté - le chef d'Etat a estimé que si au sein du Parlement «certains remettent en question la capacité du gouvernement actuel de réaliser ces changements indispensables et inévitables, nous espérons que la même Assemblée, en vertu de la Constitution, déterminera souverainement si le gouvernement doit rester en place».

Face aux critiques de ses adversaires sur l'incapacité du gouvernement à prévenir une nouvelle catastrophe, le Premier ministre portugais Antonio Costa avait promis un peu plus tôt dans la journée de «passer de la parole aux actes» en menant «des réformes profondes» en matière d'aménagement des forêts et de lutte contre les incendies.

Mercredi, la ministre de l'Intérieur a annoncé qu'elle quittait son poste. «J'estime ne pas disposer des conditions politiques et personnelles pour rester à mon poste», a expliqué Constanca Urbano de Sousa dans sa lettre de démission.

(mst/afp)

La pluie à la rescousse des pompiers

Mercredi, plus aucun foyer important n'était signalé depuis l'aube, les soldats du feu ayant été aidés par la pluie qui s'est mise à tomber dans la nuit. Mais plus de 3000 pompiers sont restés mobilisés pour éviter toute reprise de feu.

Ton opinion