Jok'Air: «Je peux surprendre mes fans à chaque morceau»

Publié

Jok'Air«Je peux surprendre mes fans à chaque morceau»

Le rappeur et chanteur parisien Jok'Air, qui connaît bien notre pays, présentera son univers particulier le 29 novembre 2019 au PTR de Genève.

par
Fabien Eckert
Le Français de 28 ans espère à l'avenir pouvoir jouer dans de grandes salles avec des musiciens.

Le Français de 28 ans espère à l'avenir pouvoir jouer dans de grandes salles avec des musiciens.

DR

L'artiste est une fine plume de la musique urbaine actuelle. Son dernier album en date, «Jok'Travolta», mélange rap et chanson. Jok'Air, qui qualifie son univers de «puzzle music», revient sur ses deux visages et ses séjours en Suisse.

Vous avez sorti «Jok'Travolta» en mars 2019. Pourquoi cette référence à John Travolta?

Parce que c'est un artiste très talentueux et complet. Il sait danser, chanter, jouer. Moi, dans ma musique, j'essaie aussi d'être complet.

Vous êtes d'ailleurs autant chanteur que rappeur. Vous avez de la peine à choisir?

C'est même le plus gros dilemme de ma vie. À partir du moment où tu commences à rentrer dans ce piège, tu ne t'en sors plus. D'un autre côté, je trouve ça superexcitant de pouvoir faire les deux. À chaque titre, à chaque instant, je peux choquer et surprendre mes fans.

Sur le morceau «Jok'Travolta» vous dites faire de la chanson comme Louane. Pourquoi cette affirmation?

Ce que je veux dire, c'est qu'une artiste comme elle sera prise plus au sérieux que moi. Ce n'est pas correct. Sur les plateaux TV, aux rappeurs, on leur parle de leurs origines, de là où ils ont grandi, de politique. On ne pose jamais ce genre de questions à Louane. Je veux obtenir le même respect qu'elle et je veux que le petit rappeur de Neuchâtel, Berne, Zurich, Genève, Lausanne, Bâle ou Bienne soit respecté de la même manière que moi.

Vous avez révisé notre géo?

Non, je n'ai pas besoin. Je connais très bien la Suisse. Jeune, j'ai passé pas mal de temps dans une famille d'accueil à Merligen, entre Thoune et Interlaken. Je suis venu chez vous pendant huit ans, toutes les vacances scolaires. Je n'en garde vraiment que des bons souvenirs. Je suis d'ailleurs toujours en contact avec la famille Meier.

Ton opinion