27.04.2020 à 20:46

Coronavirus: réouverture des coiffeurs

«Je pourrai à nouveau payer mes factures»

L'ouverture des salons de coiffure dès lundi est un soulagement pour la branche. Surchargés, les coiffeurs enchaînent les rendez-vous. Mais rien ne pourra compenser le temps perdu.

de
Lucie Fehlbaum
1 / 4
Taille de barbe masquée au Gentlemen Factory à Genève.

Taille de barbe masquée au Gentlemen Factory à Genève.

DR
A l'Atelier des artistes, gel, masques et gants sont disponibles à l'accueil.

A l'Atelier des artistes, gel, masques et gants sont disponibles à l'accueil.

lfe
Les coiffeurs n'ôtent jamais leurs masques.

Les coiffeurs n'ôtent jamais leurs masques.

lfe

«Ce qui a été perdu en six semaines est irrattrapable. Nous n'avons que deux mains. Mais ça me fait du bien d'avoir travaillé aujourd'hui, ça me donne l'impression que je vais pouvoir payer mes factures normalement.» Igor, patron du salon de coiffure Tête à clak à Vevey, est soulagé. La réouverture des salons de coiffure, autorisée dès ce lundi par le Conseil fédéral, lui a permis de sortir de l'ennui. Et c'est le jour et la nuit. «Je suis plein jusqu'à fin mai.» Même son de cloche à Genève, où le barbier Gentlemen Factory, aux Acacias, a dû refuser des clients. «La plupart des clients attendaient la réouverture depuis longtemps, assure David, le patron. Beaucoup voulaient venir dès lundi.»

Au bout du lac, l'Atelier des artistes a vécu le confinement d'une manière un peu particulière. «Nous venions à peine d'ouvrir quand nous avons dû fermer. Ces six semaines ont en quelque sorte retardé notre vernissage», confie Florian, coiffeur. Mais les affaires ont tout de même redémarré au quart de tour. «Je suis complet pour deux semaines, indique le gérant, Bruno. Je ne fais que des brushings et des coupes pour le moment, cela va plus vite.»

Equipes réduites

Les restrictions imposent aux coiffeurs des dispositifs particuliers. Tous les employés de Gentlemen Factory, relativement petit espace, ne peuvent travailler en même temps dans le salon. Les sièges et le matériel sont désinfectés entre chaque passage. A Vevey, les 140 m2 de Tête à clak permettent à cinq clientes et quatre coiffeurs d'évoluer simultanément dans l'établissement. Idem à l'Atelier des artistes, suffisamment spacieux pour accueillir quatre clientes et quatre coiffeurs. «Nous proposons masques et gants aux clients. Nous sommes masqués et ne parlons pas aux collègues de près sans cette protection», affirme Bruno. «Nous allons chacun à notre tour préparer les couleurs dans l'espace dédié à cela», témoigne Igor.

Suite incertaine

Malgré ce redémarrage sur les chapeaux de roue, le patron de Gentlemen Factory s'attend à observer une baisse de la clientèle. «Les lieux de loisir sont encore fermés. Cela affectera forcément l'effervescence du vendredi ou du samedi, imagine David. Nous coiffons par ailleurs de nombreux employés de bureau. J'espère que les adaptations liées à la crise sanitaire, et notamment le télétravail, ne se transformeront pas en habitudes qui toucheraient négativement notre activité.»

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!