Roselyne Bachelot: «Je reçois des propositions de théâtre»
Actualisé

Roselyne Bachelot«Je reçois des propositions de théâtre»

Dans le court-métrage «Diagnostic», Roselyne Bachelot fait ses premiers pas de comédienne. Mais elle ne se voit pas changer de carrière.

par
Julienne Farine
La chroniqueuse fourmille de projets.

La chroniqueuse fourmille de projets.

Depuis qu'elle s'est retirée de la vie politique, l'ancienne ministre de la Santé squatte le petit écran. Chroniqueuse dans «Le Grand 8», sur D8, la voici actrice sur France 3 dans le rôle d'une patiente déjantée.

Jouer la comédie faisait partie de vos envies depuis longtemps?

Ne croyez pas qu'il s'agit du début d'une nouvelle carrière. J'ai accepté par amitié pour Michel Cymes (ndlr: qui joue un médecin dans le film). J'ai trouvé l'expérience amusante et, en plus, elle était compatible avec mon emploi du temps. Vous savez, je reçois des propositions de théâtre et de cinéma.

En avez-vous accepté quelques-unes?

Non, si je devais donner suite, je devrais sacrifier une autre de mes activités et je ne le veux pas. Ceci dit, ces demandes flattent mon ego (elle rit).

Roselyne Bachelot lit de la littérature porno

A 66 ans, vous écrivez des livres, vous travaillez à la télévision et vous vous engagez pour plusieurs causes. Le mot retraite n'existe pas dans votre vocabulaire?

Si, mais seulement dans le sens de «faire retraite». J'ai parfois besoin de me sentir seule, de me retrouver. Je suis chanceuse, je suis en forme et j'ai encore beaucoup de chose à donner.

Serez-vous toujours sur D8 à la rentrée?

Oui, je suis en train de signer pour une deuxième saison du «Grand 8». J'ai eu un plaisir fou pendant ces huit derniers mois! On (ndlr: Laurence Ferrari, Hapsatou Sy, Elisabeth Bost et Audrey Pulvar) a toutes un peu de chagrin de se quitter pour les vacances, mais on va pouvoir se reposer et réfléchir à de nouvelles idées.

Allez-vous vous regarder dans «Diagnostic» sur France 3?

Non, je ne me regarde jamais à la télévision. Je me suis vue lors de la projection privée pour l'équipe du film, ça suffit. J'avoue que quelques fois ça m'amuse de retomber sur de vieilles émissions. J'ai revu un programme réalisé en 2002 par Serge Moati qui m'avait suivie dans mon premier déplacement en tant que ministre de l'écologie. J'avais reçu une œuvre d'art qui ne me plaisait pas vraiment. J'étais persuadée d'avoir été très aimable avec les personnes qui me l'avaient offerte et en voyant les images, j'ai réalisé que j'avais un regard consterné. Heureusement que je n'ai pas vu ce reportage à l'époque!

Suivez toute l'actualité des stars sur les réseaux sociaux avec «20 minutes»:

Ton opinion