Actualisé

«Je rêve d'une vie normale»

Ils ont moins de 30 ans, des troubles psychiques, et vivotent d'une rente AI. Leur nombre est en augmentation.

Nina a 26 ans. Elle s'est confiée au magazine Facts. Elle a dû interrompre sa formation à cause d'une profonde dépression. Diagnostic: psychose schizophrène. A l'assurance invalidité depuis deux ans, elle témoigne: «Quand j'entends «invalides, profiteurs», cela me rend furieuse et triste. Ceux qui disent ça devraient vivre ma vie! Moi, je rêve d'une vie normale.»

En 2004, ils étaient 1524 jeunes entre 18 et 30 ans à recevoir le feu vert de l'AI pour une rente. Chez les 18-19 ans, c'est 40% de plus qu'en 2000. Les troubles psys sont-ils vraiment en augmentation chez les jeunes? Oui, répond Jacques Gasser, directeur médical adjoint du Département de psychiatrie du CHUV (VD). La difficulté des jeunes à trouver un emploi fait que c'est quasi mission impossible pour ceux qui ont des troubles. «Souvent, le fait de ne pas trouver de travail augmente les difficultés psychiques de la personne.» Mais il y a aussi une raison médicale: depuis une quinzaine d'années, les maladies psychiques sont mieux détectées. Avant, elles étaient largement sous-estimées. «Mais cette meilleure détection se heurte aux restrictions budgétaires», constate le professeur.

Hier, dans son débat sur la 5e révision de l'AI, le Conseil national a fait une fleur aux moins de 20 ans. Il a maintenu le droit au remboursement des mesures médicales pour la réadaptation.

(ert)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!