Mondial 2014: «Je sais que j'ai eu tort et j'ai compris la leçon»
Actualisé

Mondial 2014«Je sais que j'ai eu tort et j'ai compris la leçon»

Des excuses...encore une fois, de la part de l'enfant terrible du football italien. Mario Balotelli a demandé pardon à son désormais ancien sélectionneur Cesare Prandelli. Le reste du groupe a préféré l'ignorer.

par
Daniel Romano
Apparemment, Super Mario a tout de même eu le temps de passer chez le coiffeur.

Apparemment, Super Mario a tout de même eu le temps de passer chez le coiffeur.

«Je sais que je me suis planté. J'ai eu tort. J'ai compris la leçon». Mario Balotelli aurait prononcé ces mots lorsqu'il s'est adressé au désormais ex-coach de la «Squadra Azzurra» Cesare Prandelli.

Selon «La Gazzetta dello Sport», l'ancien sélectionneur, qui a toujours défendu son attaquant avant de perdre patience durant la pause du match contre l'Uruguay, aurait demandé à Super Mario s'il avait compris la leçon.

«Oui, j'ai compris et je sais que j'ai eu tort», lui aurait répondu le joueur de l'AC Milan, qui avait été physiquement viré du vestiaire italien par Leonardo Bonucci à la mi-temps de la rencontre face aux Sud-Américains. «Imbécile, sors d'ici et tais-toi», lui aurait balancé le joueur de la Juventus, alors que Daniele De Rossi aurait eu des mots bien plus durs à son encontre.

Ignoré par le reste de l'équipe

Si, selon le quotidien rose, Prandelli aurait accepté les excuses de Balotelli, les autres joueurs de la «Nazionale» n'ont toujours pas oublié la provocation de Super Mario sur Instagram, après l'élimination de l'Italie. «Les noirs n'auraient jamais laissé tomber un frère ainsi», avait affirmé le joueur italien, qui a lui-même abandonné ses coéquipiers en refusant de s'impliquer et de se sacrifier pour l'équipe, selon eux.

Chez le coiffeur

Le capitaine Gianluigi Buffon et d'autres cadres de la «Nazionale» comme Andrea Pirlo ou Daniele De Rossi n'ont pas oublié le fait que l'attaquant se considère au-dessus des autres, toujours isolé, un gros casque sur les oreilles. Selon eux, l'attaquant ne pense qu'à sa propre image au lieu de penser au bien de l'équipe. La preuve, selon un journaliste de la RAI, Super Mario aurait, à un moment donné, évoqué le souhait de rester au Brésil pour aller teindre sa crête en blond chez le coiffeur au lieu de rentrer au pays avec le reste de l'équipe.

Après l'atterrissage de l'avion qui a ramené la «Squadra Azzurra» en Italie, l'attaquant serait resté seul, dans son coin, ignoré par le reste de l'équipe. Après José Mourinho et Marco Materazzi à l'Inter, Roberto Mancini à Manchester City, Philippe Mexès à l'AC Milan, l'enfant terrible du football italien a réussi à faire perdre la patience d'autres joueurs avant de s'excuser une énième fois dans sa carrière pour son comportement, et d'assurer d'avoir bien compris la leçon... Pour de bon?

Le chemin vers la paix, lui, risque d'être relativement long.

Ton opinion