Actualisé 14.01.2011 à 10:19

Fusillade de l'A1

«Je sais que j'ai fait une connerie ce soir-là»

Le Lyonnais, conducteur de l'Audi volée impliquée dans une course-poursuite mortelle en avril dernier, s'exprime après sa libération en décembre.

Le 18 avril dernier au milieu de la nuit, une course-poursuite impliquant des patrouilles vaudoises, fribourgeoises et trois véhicules volés à Lyss (BE) a tourné au drame. Agé de 18 ans, le passager d'une des voitures volées a été victime d'un coup de feu mortel dans le tunnel de Sévaz (FR), dans lequel une patrouille vaudoise avait tendu un barrage.

Ce soir-là, Yunus était au volant de l'Audi RS4 volée dans le canton de Berne et tentait d'échapper aux policiers. «Je sais pertinemment que j'ai fait une connerie ce soir-là. Je reconnais tous mes torts. C'est la raison pour laquelle je ne vais pas disparaître dans la nature. J'assume. Je serai bien présent à mon procès en Suisse», raconte-t-il à «24 Heures».

«J'aurais dû m'arrêter, c'est vrai»

Son séjour en prison lui a permis de gamberger et de prendre conscience des risques pris: «Mes huit mois de détention ont été difficiles. J'ai eu le temps de réfléchir», poursuit-il. «C'est vrai qu'on roulait très vite. Nous étions poursuivis par la police. J'aurais dû m'arrêter, c'est vrai. Mais sur le coup je n'y ai pas pensé.»

Yunus explique aussi à «24 Heures» qu'il n'a jamais voulu renverser des policiers et se rappelle surtout du bruit terrible des balles à l'intérieur du tunnel.

Après avoir passé les fêtes de fin d'année en famille à Vaux-en-Velin, en France, Yunus s'est mis en quête d'un travail, assure-t-il. (20 minutes)

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!