Tuerie en direct: «Je savais qu'il allait me tirer dans la tête»
Actualisé

Tuerie en direct«Je savais qu'il allait me tirer dans la tête»

Rescapée de la fusillade survenue en direct à la télévision américaine le 26 août dernier, Vicki Gardner s'est confiée pour la première fois.

par
joc
1 / 20
16.09 Vicki Gardner, qui était interviewée quand Vester Lee Flanagan a ouvert le feu, s'est confiée publiquement pour la première fois après la tuerie survenue le 26 août. Elle était sûre de perdre la vie.

16.09 Vicki Gardner, qui était interviewée quand Vester Lee Flanagan a ouvert le feu, s'est confiée publiquement pour la première fois après la tuerie survenue le 26 août. Elle était sûre de perdre la vie.

Facebook
31.08 Selon les adeptes des théories du complot, la fusillade n'était qu'une mise en scène visant à durcir la loi sur les armes. Et le petit ami et le père d'Alison Parker ne sont que des comédiens payés pour rendre le drame crédible.

31.08 Selon les adeptes des théories du complot, la fusillade n'était qu'une mise en scène visant à durcir la loi sur les armes. Et le petit ami et le père d'Alison Parker ne sont que des comédiens payés pour rendre le drame crédible.

Twitter
29.08 L'homme, qui a tué deux journalistes en direct à la télévision mercredi aux Etats-Unis, avait l'intention de commettre d'autres actes de violence, a indiqué vendredi le gouverneur de Virginie.

29.08 L'homme, qui a tué deux journalistes en direct à la télévision mercredi aux Etats-Unis, avait l'intention de commettre d'autres actes de violence, a indiqué vendredi le gouverneur de Virginie.

La survivante de la tuerie survenue le 26 août dernier en direct à la télévision s'est exprimée pour la première fois publiquement. Vicki Gardner, la dame au costume blanc qui était interviewée au moment du drame, s'est confiée lors de l'émission «On the Record with Greta Van Susteren», mardi soir sur Fox News: «Je ne savais pas où il était. J'ai vu du mouvement et ensuite, des coups de feu. Beaucoup, beaucoup de coups de feu. A partir de là, c'était vraiment chaotique», se souvient l'Américaine âgée de 62 ans.

La victime raconte qu'elle avait la certitude que Vester Lee Flanagan allait l'exécuter après avoir abattu la journaliste Alison Parker et le caméraman Adam Ward. Etendue au sol, la sexagénaire a cru vivre les dernières secondes de son existence: «La seule chose à laquelle je pouvais penser, c'était de faire la morte. Je suis juste tombée au sol comme si j'avais été touchée», raconte Vicki Gardner, directrice d'une chambre de commerce de la région de Roanoke.

«Je suis prête, je suis prête»

Flanagan a fini par tirer dans le dos de la sexagénaire. «Je savais que le prochain coup de feu, il allait me tirer dans la tête. Quand il m'a visé mon dos, je me suis dit que j'allais être paralysée. Ensuite, j'ai attendu. Ils disent qu'on voit sa vie défiler devant soi, et cela a été le cas. Et puis j'ai dit: «Je suis prête, je suis prête»», confie l'Américaine.

Le coup fatal n'est finalement pas survenu, et le tireur a pris la fuite. La police est arrivée quelques minutes plus tard. Vicki Gardner, qui devrait se remettre totalement de ses blessures, a regardé la vidéo de la fusillade. «Histoire d'avoir l'esprit en paix et de ne pas inventer quelque chose qui n'a pas existé. On ne peut pas prendre cela et l'enterrer. Ce sera un long chemin. J'ai besoin de voir ces images», conclut-elle.

Les images diffusées en direct sur la chaîne WDBJ7

Ton opinion