Actualisé 22.02.2020 à 07:37

Affaire Griveaux«Je savais qu'il n'hésiterait pas à m'enfoncer»

Alexandra de Taddeo affirme avoir conservé les vidéos de Benjamin Griveaux pour «se préserver».

de
joc

L'artiste russe Piotr Pavlenski dédouane sa petite amie. L'homme qui a diffusé des images à caractère sexuel et des messages privés attribués à Benjamin Griveaux affirme avoir dérobé ce matériel à Alexandra de Taddeo. Le Russe explique à CNN avoir découvert ces images en novembre dernier: «J'ai volé cette vidéo», explique-t-il, ajoutant que sa compagne «ne savait pas que je l'avais trouvée». Piotr Pavlenski explique par ailleurs «ne lui avoir montré ce qu'il avait fait» qu'après avoir diffusé les images sur son site internet. «Elle n'était pas contente que je ne lui demande pas (réd.: avant de publier), bien sûr qu'elle n'était pas contente.»

En parallèle, «Le Parisien» révèle ce qu'Alexandra de Taddeo a dit aux enquêteurs en début de semaine. Dépassée par les événements, pourchassée par les médias, l'étudiante de 29 ans s'est murée dans le silence. Mais en garde à vue, elle assurait ne rien regretter, maintenant son soutien à son petit ami. Devant les enquêteurs de la Brigade de répression de la délinquance contre la personne, la jeune femme a expliqué avoir rencontré Benjamin Griveaux sur Instagram, où elle avait demandé à s'abonner à son compte. Selon Alexandra de Taddeo, c'est l'ex-porte-parole du gouvernement qui a lui-même commencé à lui écrire.

«Je voulais me préserver»

Les deux correspondants se sont alors échangés des vidéos et photos osées, avant de se rencontrer physiquement dans l'appartement de l'étudiante. Sur ce point-là toutefois, les deux protagonistes n'évoquent pas la même date. Lors de sa correspondance coquine avec Alexandra de Taddeo, Benjamin Griveaux avait pris soin de régler l'application pour que les images disparaissent au bout d'un court laps de temps. La question se pose donc: pourquoi sa destinataire les a-t-elle enregistrées avant leur suppression? La jeune femme prévoyait-elle de les utiliser pour faire chanter l'homme politique?

Rien de tout cela, assure l'intéressée, qui affirme avoir agi de la sorte pour se protéger: «Je savais que si sa femme ou quelqu'un d'autre apprenait sa relation, il n'hésiterait pas à m'enfoncer et ne me défendrait pas. Donc, je voulais me préserver», a-t-elle expliqué aux enquêteurs. Alexandra de Taddeo a par ailleurs jugé bon de préciser que Benjamin Griveaux n'était pas à son goût et qu'elle avait sollicité trois autres politiciens à cette période-là. Elle dit avoir coupé tout contact avec le trentenaire après avoir rencontré Piotr Pavlenski à sa sortie de prison, fin 2018. L'étudiante martèle qu'elle n'a rien à voir avec la mise en ligne des vidéos qui ont brisé la carrière de Griveaux. Une version des faits qui concorde avec celle de son compagnon.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!