Patrick Bruel: «Je souhaite que l'on batte le record de dons»
Actualisé

Patrick Bruel«Je souhaite que l'on batte le record de dons»

Patrick Bruel succède à Franck Dubosc. Le chanteur de 54 ans est le parrain de la 27e édition du Téléthon.

par
Serge Bressan
Paris

Nagui, un des présentateurs «historiques» du Téléthon, est catégorique: «Pour cette 27e édition, avec Patrick Bruel, on a un parrain hyper motivé.» Le chanteur acteur va se donner à fond pour l'événement et les 30 heures de direct sur France Télévisions.

Comment devient-on parrain du Téléthon?

Voilà plusieurs années qu'on me demandait de parrainer le Téléthon, auquel j'ai toujours participé depuis ses débuts. Mais il y avait toujours des problèmes de planning. Et puis, l'an dernier, j'étais aux côtés du parrain Franck Dubosc; là, j'ai décidé que le prochain ­parrain, ce serait moi...

Chaque année, dans la programmation, on parle avancées médicales, mais aussi record ­financier à battre...

Mais le Téléthon, c'est des dons! Chaque année, la barre est haute, toujours plus haute. Quand on parraine cet événement, on a l'envie de battre un record ou, pour le moins, faire mieux que l'an passé. Et chaque année, je suis touché par la générosité des gens.

Que pensez-vous pouvoir apporter à ce Téléthon 2013?

De l'enthousiasme. De la ­drôlerie aussi, parce que l'humour est la politesse du désespoir. Chaque parrain, ou marraine, apporte sa personnalité et fait de son mieux. Mais surtout, je souhaite bien mettre en avant ce qui se dégage dans un Téléthon: tous ces enfants touchés par la maladie, mais qui nous donnent des leçons de courage et de joie. Ils ont une force, une acuité assez étonnantes.

La crainte de craquer à l'antenne, ça vous habite?

Oui, je sais que ça peut arriver mais ce n'est pas grave, il faut se laisser porter. Ne penser qu'à une seule chose: on se sent bien d'avoir participé à une œuvre collective comme le Téléthon.

Le Téléthon commence dès vendredi soir à 20h45 sur France Télévisions.

Ton opinion