Football - Super League: «Je suis atteint. C'est une très triste fin de saison »

Actualisé

Football - Super League«Je suis atteint. C'est une très triste fin de saison »

Le match entre Lausanne et Thoune a été interrompu après des affrontements entre «supporters». Le FC Sion, lui, a assuré tranquillement son maintien dans l'élite.

par
rca

La saison du Lausanne-Sport aura donc été terrible jusqu'au bout. On jouait la 70e minute et les Vaudois s'apprêtaient à subir une nouvelle et cuisante défaite sur leur pelouse face au FC Thoune (0-2), les reléguant mathématiquement à l'étage inférieur, lorsque des «supporters» ont envahi la piste cendrée pour aller s'en prendre aux Thounois qui avaient fait le déplacement.

Les hooligans lausannois ont alors tenté de s'en prendre à leurs homologues bernois et quelques coups ont été échangés. La sécurité est arrivée sur le tard et a tenté de reprendre le contrôle des opérations, alors que les émeutiers tentaient de s'échapper par une porte dérobée.

Le match n'a jamais pu reprendre et ne sera pas rejoué. Le score de 0-2 en faveur du FC Thoune a donc été entériné, envoyant de fait les Lausannois en Challenge League. Le FC Sion avait de toute façon fait le travail sur sa pelouse face à Saint-Gall, battant les Brodeurs 3-2.

La réaction du président David Thompson:

Affrontement LS-Thoune

La réaction du président David Thompson.

Promus il y a deux ans, les Vaudois quittent l'élite l'année où l'arrivée d'un nouveau propriétaire devait leur permettre de franchir enfin un palier, de redevenir ce club qui, il y a bientôt vingt ans, luttait pour le titre. Mais elle est bien là, la magie du football qui nous apprend que rien ne peut être écrit d'avance. Qu'un coup de baguette magique ne peut pas effacer toutes les fêlures qu'une drôle de saison aura laissées éclater. La dernière, ce divorce avec les supporters qui ont provoqué des scènes presque inimaginables dimanche, sera peut-être la plus difficile à guérir.

Le pourquoi d'une relégation

Cinquième à la trêve à trois points seulement de la troisième place, Lausanne aura vécu un printemps «horribilis». Avec une seule victoire à leur compteur, le 2 avril à la Pontaise contre Lugano (2-1), le bilan des Vaudois en 2018 est proche du néant. Il s'explique à la fois par la fracture entre le vestiaire et Fabio Celestini, qui a entraîné le renvoi de l'entraîneur au soir du 28 avril, et par une campagne de transferts qui n'a pas ciblé la priorité absolue: l'engagement d'un défenseur central de valeur.

Grâce au soutien de son nouveau propriétaire Ineos, Lausanne est un club qui n'accuse aujourd'hui plus aucun souci d'argent. Les Vaudois feront donc tout pour reprendre leur place en Super League avant l'inauguration de leur nouveau stade de la Tuilière prévue pour la saison 2019-2020. Ils s'avancent donc comme les grandissimes favoris du prochain championnat de Challenge League. Mais ils devront toutefois rester sur leurs gardes. Le Servette FC, qui bénéficie lui aussi de la générosité d'une grande multinationale, ne sera peut-être pas toujours dirigé par un entraîneur étranger qui ne maîtrise pas le français, qui ignore tout de la réalité du football suisse et qui est, enfin, épaulé par un directeur sportif issu du rugby...

L'opération remontada menée à bien

Si les Lausannois basculent en enfer, les Sédunois sont, quant à eux, au septième ciel. Victorieux 3-2 du FC Saint-Gall, ils ont mené à terme cette opération remontada qu'ils considèrent comme encore plus belle qu'une victoire en Coupe de Suisse. Que les esprits chagrins jugeaient impossible au soir de la défaite du 10 février à Lugano qui laissait le FC Sion à sept points à la barre.

Ce match à Lugano était le premier dirigé par Maurizio Jacobacci. Promu depuis l'équipe des M21, le successeur de Paolo Tramezzani et de Gabri est, bien sûr, le grand artisan de ce maintien. Il a eu l'intelligence de modifier un système de jeu pour chercher davantage de verticalité dans le jeu de possession et de sortir de la «cave» dans laquelle avaient été enfermés de manière inexplicable Carlitos, Lenjani et Neitzke. Il reste à espérer que Christian Constantin maintiendra sa confiance à Maurizio Jacobacci et qu'il misera toujours sur la jeunesse de son effectif. Bouleverser son équipe comme il l'a fait l'été dernier serait la dernière chose à faire. Christian Constantin est trop avisé pour jouer à nouveau avec le feu au terme d'une saison qui aurait pu être celle de toutes les désillusions.

Fessés jeudi par le FC Bâle (5-1), les Young Boys ont eu le mérite de bien rebondir devant leur public face à Lugano pour que la remise de la Coupe du champion soit une belle fête. Les Bernois se sont imposés 3-1 après avoir pourtant concédé l'ouverture du score. La récréation est désormais terminée pour l'admirable Steve von Bergen et ses coéquipiers. Ils ont deux semaines pour se remettre en mode «guerriers» avant la finale de la Coupe de Suisse contre le FC Zurich de Ludovic Magnin qui, pour sa part, a battu… 4-1 le FC Bâle au Letzigrund.

Pablo Iglesias

Directeur-sportif du LS

«Ce n'est pas évident de trouver des mots... C'est la double-peine. On a beaucoup à apprendre d'un club comme Thoune. Ils font les bons choix et j'ai vraiment beaucoup de respect pour eux. Lausanne doit s'en inspirer. On aura le le temps de faire le bilan sportif... Mais personne ne doit se cacher de ses responsabilités. On a tendance, ici, à toujours trouver un coupable autre que ceux qui le sont vraiment. C'est une triste, très triste fin de saison à la maison. Pour les vrais supporters du club, les familles et les dirigeants. Je ne suis pas dans la tête de mon président, mais je me pose la question de savoir ce qu'ils doivent penser de ce spectacle. Je suis atteint, affecté, touché, je me pose beaucoup de questions. Ca va bien au delà du sportif.»

Ton opinion