Drame à Wasterkingen (ZH): «Je suis choquée. Elle était super gentille»
Actualisé

Drame à Wasterkingen (ZH)«Je suis choquée. Elle était super gentille»

Une Serbe de 45 ans est décédée mardi soir après avoir été mortellement blessée par son mari, à Wasterkingen. Les enfants du couple étaient dans l'appartement.

1 / 4
Un homme de 50 ans a tué sa femme avec un objet pointu mardi soir (17 octobre 2017) à Wasterkingen (ZH).

Un homme de 50 ans a tué sa femme avec un objet pointu mardi soir (17 octobre 2017) à Wasterkingen (ZH).

Screenshot TeleZüri
La victime est une Serbe de 45 ans.

La victime est une Serbe de 45 ans.

Le tueur présumé est son époux.

Le tueur présumé est son époux.

Un homme de 50 ans a tué sa femme avec un objet pointu mardi soir à Wasterkingen (ZH). Les trois enfants du couple serbe se trouvaient dans l'appartement au moment du drame. Le mari a été arrêté sans opposer de résistance.

La victime de 45 ans est morte sur les lieux, malgré l'intervention rapide des secours. Ces derniers avaient été alertés peu après 19h30 qu'une dispute conjugale avait lieu dans l'appartement, indique la police cantonale zurichoise mercredi.

Pris en charge par une unité psychologique

Les raisons du drame ne sont pas encore connues. Une enquête a été ouverte.

L'homme n'est pas connu des services de police, a précisé un porte-parole à l'ats. Les trois enfants adolescents, âgés de 12, 13 et 16 ans, ont été pris en charge par une unité psychologique.

«Un type calme»

«Je suis choquée. Le fils de 16 ans est un bon ami à moi», raconte à «20 Minuten» Greta Stieb, une voisine. Selon elle, la victime était «super gentille». L'adolescente précise qu'elle travaillait dans un home pour personnes âgées, mais qu'elle ne parlait pas bien l'allemand. «Son mari est un type calme, apparemment gravement malade.» Greta Stieb ajoute que le couple ne s'était jamais fait remarquer négativement dans le passé.

Peter Zuberbühler, le président de la commune, est lui aussi consterné: «Je connais bien la famille. Nous sommes un petit village. Il n'y a jamais eu aucun indice de violence conjugale chez eux.» Selon lui, les parents touchaient de l'aide sociale. Quant à leurs enfants, ils sont parfaitement intégrés. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion