Robbie Amell est devenu acteur pour l’argent
Publié

Robbie Amell«Je suis devenu acteur pour l’argent»

L’acteur canadien, qui joue dans le nouveau volet de «Resident Evil», ne s’imaginait pas faire carrière dans le cinéma.

par
Henry Arnaud, Los Angeles
Robbie Amell tient le rôle principal dans le film d’horreur «Resident Evil: Bienvenue à Raccoon City».

Robbie Amell tient le rôle principal dans le film d’horreur «Resident Evil: Bienvenue à Raccoon City».

Imago

Connu pour avoir joué dans la série «The Flash», l’acteur canadien Robbie Amell, 33 ans, est à l’affiche du nouveau film «Resident Evil», actuellement au cinéma.

Est-il vrai que vous êtes incollable sur l’univers de «Resident Evil»?

Je suis dingue de jeux vidéo et j’ai passé des heures, voire des nuits à m’y amuser. J’étais donc prêt à tous les sacrifices pour un rôle dans ce long métrage. Le plus dingue en tournant «Resident Evil: Bienvenue à Raccoon City» est que les décors sont les répliques parfaites du jeu. La station de police et la Spencer Mansion sont identiques au point que j’avais l’impression d’entrer vraiment dans le jeu vidéo.

Depuis des années, votre carrière suit les pas de celle de votre cousin Stephen Amell qui est le héros de la série «Arrow». N’est-ce pas énervant?

Stephen a quelques années de plus que moi, il a donc l’avantage de l’âge (rire). Mais cela ne me dérange pas d’être comparé à mon cousin. Nous avons chacun un rôle dans des séries de l’univers des superhéros DC, moi avec Firestorm dans «The Flash».

À quand un face-à-face entre vous deux?

Les producteurs de «Arrow» et «The Flash» ne voulaient pas nous mettre souvent ensemble à l’écran, car on se ressemble trop physiquement. Alors nous avons produit notre propre film de science-fiction, «Code 8», qui est sur Netflix. On adore bosser ensemble.

Vous êtes aussi sur Amazon Prime dans la série «Upload» dont une seconde saison est annoncée pour 2022…

Je suis fasciné par les rôles futuristes. J’y incarne Nathan qui, à sa mort, est téléchargé dans une version informatique du paradis où son âme continue à vivre. Si je le pouvais, j’adorerais me transporter dans ma jeunesse. J’ai commencé à jouer la comédie à 6 ans et connu une multitude d’expériences. Je n’ai pas su apprécier ces moments à l’époque.

Pourquoi?

Jeune, ma seule passion était de jouer au hockey sur glace, comme beaucoup de Canadiens. Mes parents m’ont incité à faire des publicités puis des auditions pour des feuilletons pour gagner du fric et payer mes études. Adolescent, j’allais m’inscrire à l’université à Toronto, mais au lieu de cela je suis parti pour Los Angeles et ma vraie carrière de comédien a démarré ainsi. On peut donc dire que je suis devenu acteur pour l’argent (rire).

Ton opinion

3 commentaires