Actualisé 17.12.2008 à 12:09

Samuel Schmid«Je suis fier de beaucoup de choses»

Le conseiller fédéral démissionnaire Samuel Schmid a participé mercredi pour la dernière fois à un débat aux Chambres fédérales.

La Chambre du peuple a refusé d'entrer en matière sur la révision de la loi instituant des mesures visant au maintien de la sûreté intérieure. Samuel Schmid, qui avait hérité ce dossier de Christoph Blocher, a tenté en vain de le défendre. Il a aussi dû se contenter d'un adieu pressé de la part de la présidente du Conseil national Chiara Simoneschi (PDC/TI).

Un «visionnaire»

En revanche, le président du Conseil des Etats Alain Berset (PS/FR) n'a pas tari d'éloges sur le conseiller fédéral sur le départ, qui occupe, selon lui, une «place particulière dans le coeur des Romands».

Et de parler du côté «visionnaire» de Samuel Schmid, qui, alors qu'il était encore conseiller aux Etats, s'interrogeait déjà sur les moyens de contrôle de l'Etat sur les instituts financiers, sur l'approvisionnement en électricité ou sur le manque de temps des parlementaires.

L'oeuvre de l'ex-UDC au Département de la défense et des sports, où il a «tracé un chemin de crête entre traditions et modernité», a aussi été saluée. «Au Conseil fédéral, vous avez gardé une tournure d'esprit de sénateur, évitant d'imposer vos idées - c'est le cas de le dire - manu militari», a dit M. Berset, louant également l'honnêteté, la patience et la rigueur du Bernois.

Emu, Samuel Schmid a remercié «le meilleur Parlement du monde». «J'ai certainement commis beaucoup d'erreurs, mais je suis fier de beaucoup de choses», a-t-il relevé. Aujourd'hui, la Suisse est confrontée à d'importants défis liés notamment à la crise. «Mais je sais que la conduite des dossiers est entre de bonnes mains», a conclu le citoyen de Büren an der Aare. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!