Genève: «Je suis le Plaza et je ne voudrais pas crever»

Actualisé

Genève«Je suis le Plaza et je ne voudrais pas crever»

L'initiative cantonale contre la démolition de la salle du Plaza a récolté 11'316 signatures. Ses auteurs veulent en faire un centre dédié au 7e art.

par
David Ramseyer
dra

«Je suis le Plaza et je ne voudrais pas crever», dit l'affiche des initiants. S'il est encore trop tôt pour parler de renaissance, les auteurs de l'initiative cantonale qui s'oppose à la démolition de l'ancien cinéma mythique de la rue Chantepoulet ont bon espoir. Déposé ce lundi, leur texte a récolté 11'316 signatures, alors que le minimum requis était de 7691. «Cela démontre la ferveur du soutien populaire à cette salle emblématique», assure José Lillo, porte-parole du comité des initiants. Le texte est notamment soutenu par la gauche et Patrimoine Suisse.

L'avenir de la salle de 700 places, fermée il y a onze ans, a depuis fait l'objet de nombreuses batailles politico-judiciaires. Le propriétaire des lieux souhaite la transformer en centre commercial et construire un parking en sous-sol. Une hérésie pour les promoteurs de l'initiative. Car outre la qualité de son architecture intérieure, l'endroit recèlerait un fort potentiel d'attractivité. «Il est situé au coeur de la ville, à cinq minutes de la gare, sur un grand axe de passage», souligne Jennifer Huynh, étudiante à l'EPFL. Avec sa collègue Tchaya Bloesch, elles sont les auteurs d'un travail de master sur la réhabilitation du Plaza. Il sert de base au projet de véritable «quartier du cinéma» dont rêve le comité d'initiative.

Faire vivre le 7e art sous toutes ses formes

L'ancien cinéma pourrait ainsi être transformé en complexe culturel dédié principalement au 7e art. En sus de la salle principale, deux autres de 50 places chacune pourraient être construites en sous-sol. Un bar, une brasserie et un espace d'exposition sont aussi prévus. «De quoi accueillir des festivals, des soirées spéciales, pourquoi pas la cérémonie du Prix du cinéma suisse, s'enthousiasme Jennifer Huynh. Les différents espaces pourraient être mis à contribution simultanément ou fonctionner chacun de leur côté». Sur les écrans, les blockbusters côtoieraient des oeuvres indépendantes, imagine la jeune femme. Le Plaza pourrait également être utilisé pour des concerts et d'autres activités culturelles.

Pour l'heure, les initiants avouent ne pas pouvoir présenter d'investisseurs pour un projet dont le coût n'a pas été établi. «Des pistes existent, assure José Lillo. Mais il fallait d'abord faire la démonstration du soutien populaire à une utilisation culturelle des lieux. Notre initiative prouve que tel est le cas. C'est une première étape.» Les milliers de signatures et l'énoncé du texte doivent être validés, avant un éventuel vote populaire.

Ton opinion