Agression à Notre-Dame: «Je suis tombé de ma chaise quand j'ai appris»
Publié

Agression à Notre-Dame«Je suis tombé de ma chaise quand j'ai appris»

Le professeur d'université qui encadrait, à Metz, l'assaillant qui a blessé un policier, mardi sur le parvis de Notre-Dame-de-Paris, a réagi sur BFM TV.

par
nc

L'enquête concernant l'attaque perpétrée mardi sur un policier devant Notre-Dame au cœur de Paris, se concentrait mercredi sur le profil de l'assaillant, blessé au thorax par des tirs de riposte et hospitalisé. L'agresseur, âgé de 40 ans, qui a attaqué le policier avec un marteau, a revendiqué être «un soldat du califat» et de l'organisation jihadiste État islamique. L'assaillant portait des papiers au nom de Farid I., né en Algérie en janvier 1977 et inscrit depuis 2014 comme doctorant en sciences de l'information de l'université de Lorraine, à Metz.

«Je suis tombé de ma chaise quand j'ai appris que c'était lui, a confié Arnaud Mercier, son professeur en Lorraine, au micro de BFM TV. Celui que j'ai connu en 2013 est aux antipodes de ça». L'assaillant préparait une thèse sur les nouveaux médias pendant les Printemps arabes et était suivi par Arnaud Mercier. «Nous nous sommes vus une dizaine de fois, pendant près d'une heure, jusqu'en juin 2016», explique l'enseignant qui précise que son élève, âgé de 40 ans, était déjà diplômé en journalisme d'une université suédoise.

«Insoupçonnable»

«Je n'ai vu aucun signe d'une adhésion excessive à l'Islam. C'était quelqu'un de pro-occidental, pro-démocratique et qui croyait au rôle des médias», ajoute M. Mercier. Néanmoins, ce dernier a été surpris en décembre dernier de ne plus avoir de réponse de son élève alors qu'il sollicitait une nouvelle rencontre: «Il y a peut-être eu un mouvement de rupture cet automne». Arnaud Mercier, lui, a quitté Metz pour un poste à Paris et son élève l'a suivi. «Il me disait que la Lorraine ça ne l'intéressait plus, qu'il voulait aller s'installer à Paris».

Une perquisition a eu lieu, mardi soir, dans une résidence étudiante de Cergy (Val d'Oise), où l'homme occupait un logement. La plupart des locataires, des étudiants, ont indiqué ne pas connaître l'assaillant. Un seul s'est souvenu d'un homme «très discret», qui «habitait là depuis un an et demi ou deux ans»: «Ce n'était pas du tout un islamiste avec une grande barbe. Plutôt le genre pantalon en toile et veste, un style de professeur des écoles. Le genre insoupçonnable».

Le policier agressé, âgé de 22 ans, légèrement blessé au cou, a été hospitalisé. Une enquête a été ouverte par le parquet antiterroriste.

(nc/20 minutes)

Ton opinion