«Je suis toujours un porteur d'eau qui apprend son métier»
Actualisé

«Je suis toujours un porteur d'eau qui apprend son métier»

Steve Morabito, le coureur de la Phonak, se livre trois jours avant de prendre le départ de la Vuelta. Un Tour d'Espagne qu'il courra en compagnie de deux coéquipers romands, Aurélien Clerc et Steve Zampieri.

Pour Steve Morabito, il s'agira d'une grande première. «Je n'ai jamais disputé d'épreuve d'une durée supérieure à dix jours», raconte le Valaisan. «On verra comment mon corps s'adaptera à un tel effort. Mon but, c'est d'acquérir un maximum d'expérience et de boucler cette Vuelta.» Le citoyen de Troistorrents a tenté de mettre un maximum d'atouts dans sa manche. «Je me suis entraîné en altitude, durant trois semaines, à Chandolin. On verra si ça va payer», précise-t-il.

Vainqueur à Loèche d'une étape du Tour de Suisse, le Chablaisien n'a pas pris la grosse tête depuis le mois de juin. «Mon statut n'a pas changé. Je suis toujours un néo-pro, un porteur d'eau qui apprend son métier.» Malgré la dissolution de Phonak, Steve Morabito s'engage sur la Vuelta l'avenir assuré (contrat de deux ans chez Astana).

«Sur ce Tour d'Espagne, on va me demander de contrôler les échappées et d'être présent dans la course. J'espère simplement que l'équipe demeurera unie, même si plusieurs de mes coéquipiers n'ont pas encore de contrat pour 2007. Pour ma part, si on m'accorde un bon de sortie, j'essaierai d'en profiter.»

Après la Vuelta, Morabito participera encore aux Tours du Piémont et de Lombardie et, il l'espère, aux Mondiaux de Salzbourg. «Cette vie, j'en rêvais. Depuis sept mois, je me suis pris au jeu et j'espère qu'elle va continuer encore un moment», conclut-il, heureux.

David Cherix

Ton opinion